Promotion du progrès : Sociétés d’agriculture, comices agricoles, salons…

Page 12

Réunions agricoles et concours de labour

Pour diffuser l’exemple de ces innovations culturales et organisationnelles, expérimentées au sein de la ferme exemplaire, Mathieu de Dombasle adapte en Lorraine la pratique des réunions agricoles avec concours de labour. Il explique, à propos de la « fête agricole de Roville », qu’il profite « de l’occasion du concours d’agriculteurs qu’elle pourra attirer, pour leur présenter une expérience publique de l’emploi des instruments perfectionnés d’agriculture qui sont en usage dans l’exploitation ». La première réunion a lieu les 14 et 15 juin 1824 : 400 hommes se sont déplacés, tous cultivateurs ou propriétaires des environs de Roville. Ils ont pu suivre des démonstrations de machines agricoles, construites dans la fabrique de la ferme, des ventes d’animaux, essentiellement des moutons mérinos, des visites commentées du domaine et, le dernier jour, le fameux concours de charrues, destiné à montrer la supériorité de la charrue « Dombasle ». L’agronome lorrain choisit donc des terres argileuses où il sait que la charrue sans avant-train est avantagée par rapport à la charrue lorraine traditionnelle.

L’idée d’organiser des réunions agricoles et des concours de labour n’est pas originale: Mathieu de Dombasle s’inspire ici de l’exemple anglais, qu’il adapte en Lorraine. Pour les « Anglais […], l’institution de fêtes agricoles [a] exercé une puissante influence sur les progrès de l’art, par l’émulation qu’elles ont excitée parmi les cultivateurs»: il s’agit de recréer cette émulation, en espérant les mêmes résultats, c’est-à-dire convaincre les praticiens des environs des avantages des nouveaux matériels mis en démonstration : « c’est [en Angleterre] aussi que les inventeurs de quelque machine agricole nouvelle la produisent, et en soumettent les efforts au jugement des nombreux praticiens que la solennité a réunis». En 1825, la seconde édition des réunions agricoles de Roville rem- porte autant de succès que la première. L’exemplarité des réunions est bientôt relayée par la fondation d’un institut de formation agricole.

  • Fabien Knittel, « L’Europe agronomique de C.J.A. Mathieu de Dombasle », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2010/1 (n° 57-1), p. 119-138.
  • F. KNITTEL, «L’organisation du travail dans une ferme-exemplaire, vers 1810-1843», Annales de l’Est, 2006-1, p. 33-49. 55. AD 54, 7 M 37.
7 578 vues