Deux guerres, deux stratégies…

Mais les réquisitions, l’instauration d’un régime autoritaire et la suppression des libertés individuelles, l’aggravation des conditions de vie et de travail, l’attitude de l’occupant allemand (en zone occupée), le patriotisme profond des populations rurales, etc.. vont entraîner peu à peu un changement d’attitude d’une part croissante de la population rurale qui avait pourtant été séduite dans un premier temps par les discours tenus. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Corporation_paysanne)

Capture d'écran 2016-02-14 18.57.26 638_001 Max Bonnafous s’adresse à l’assemblée des syndics régionaux de la Corporation paysanne : il fait en même temps l’éloge du paysan qui a la vocation de produire le pain quotidien. Mais en même temps, il pointe les difficultés, les souffrances, le manque d’hommes, de chevaux, d’engrais et la tentation du marché noir : « Ces hommes qui tiennent dans leurs mains le succès de nos efforts… il convient, Monsieur le Maréchal, d’évoquer ici leur visage, comme si nous voulions saisir dans leurs yeux un éclair d’espoir. Ils se penchent vers la terre, non pas seulement par habitude et par métier, mais par une vocation véritable de produire le pain quotidien. Et même s’il n’en est pas toujours ainsi, c’est cela seulement que je veux retenir dans ma pensée affectueuse, car le rôle des gouvernants n’est pas d’abaisser l’homme mais de le grandir, n’est pas de l’étreindre mais de l’exalter, n’est pas de mépriser la gangue médiocre dont il est fait mais d’y trouver la paillette qui brille d’un éclat pur.

Page 9

7 984 vues