Revue de presse : La Voix de la Haute-Marne : le paradis du Rongeant sauvé

Joinville : Sauvetage miraculeux du “Paradis”

Paru dans la Voix de la Haute-Marne –  1 mai 2022 -Lien pour voir l’article en pdf :  Voix Haute Marne Rongeant

L'usine du Rongeant de Joinville, surnommée Le Paradis, date de 1835. © Photo : Roland Delpui
L’usine du Rongeant de Joinville, surnommée Le Paradis, date de 1835. – Photo : Roland Delpui
 
Carte postale montrant le bâtiment et, devant, des statues ou des modèles qui sont désormais protégés à Dommartin-le-Franc

En 2019, malgré la contestation, les bâtiments de l’ancienne usine du Rongeant surnommée “Le Paradis”, à Joinville, étaient voués à être détruits. Or, revirement de situation, les bâtiments vont être finalement réhabilités.

C’était en 2019, par courrier, la coopérative agricole EMC2 demandait à la mairie de Joinville la possibilité d’acheter les terrains abritant l’usine du Rongeant. Ces anciens ateliers métallurgiques, surnommés “Le Paradis” devaient alors être détruits pour l’édification urgente de nouveaux silos à céréales.

Ces derniers devaient être opérationnels pour les prochaines moissons. Fin 2019, le conseil municipal avait accepté la vente et donc sa conséquence : la destruction de l’usine du Rongeant. Un habitant de Joinville, François Griot, s’était alors interrogé sur cette prompte décision.

“Chez nous, on détruit le patrimoine historique”

Par courriel, il a interpellé les médias et les élus du territoire. Il écrivait : “La précipitation, soudaine et sans concertation plus large, ne manque pas en effet de poser question”. De vive voix, il précisait à La Voix de la Haute-Marne : “Cela avance chez nos voisins, comme à Dommartin-le-Franc ou à Sommevoire, chez nous, on détruit le patrimoine historique”.

 

Les ouvriers de l’usine au début du siècle dernier. – Photo : DR

Et François Griot continuait à s’interroger. “À Joinville, on retombe momentanément dans le bon vieux travers d’avant, le processus destruction/bétonnage du XXe siècle”. Il prend ainsi pour exemple la destruction inexpliquée en 1955 des halles du marché.Aujourd’
hui, cet édifice aurait été un atout majeur pour redynamiser le marché hebdomadaire de la Petite cité de caractère.

(Ajout : la halle de marché de Joinville, avant et après, pour appuyer le commentaire de François Griot)

 

L’acheteur fait machine arrière

[…]

Lors du conseil municipal de Joinville de ce printemps, les élus municipaux apprennent finalement que la coopérative agricole EMC2, par courrier en date de février 2022, abandonne l’achat des terrains de l’usine du Rongeant.

 


Voir également sur notre site ces articles de 2018 : https://www.fontesdart.org/revue-de-presse-le-paradis-du-rongeant-fait-la-presse/

et :  https://www.fontesdart.org/joinville-le-rongeant-sera-t-il-detruit/

93 vues