R = Roue à aubes

La roue hydraulique dite « de côté » : un progrès pour le rendement

Les principes de l’exploitation de la force hydraulique des cours d’eau sont connus depuis l’Antiquité, mais c’est dans les grands bouleversements techniques, scientifiques et sociaux du Moyen-âge que les roues hydrauliques verticales se multiplient, prodiguant au long des cours d’eau une force gratuite et quasi permanente beaucoup plus considérable que celle fournie par les hommes et les animaux. Cette nouvelle réalité transforme radicalement les activités industrieuses des artisans pour projeter les pays occidentaux dans les activités industrielles et les logiques de fabrication en nombre et en série qui les caractérisent. L’industrie est née.

P1040969    P1040978  P1040974

(vue des travaux : mai 2010 : cliquez sur les vignettes)

 

roue_dalstein

roue_dalstein2

roue_dalstein3

La roue employée à Dommartin est du type « de côté », c’est-à-dire qu’elle reçoit l’eau non plus pas le bas, mais à un niveau intermédiaire, entre sa base et son axe, et à très peu de distance de la pale de vanne qui est inclinée pour permettre le travail quasi-immédiat de la lame d’eau sortant du réservoir. Le profil d’écoulement est très près de celui de la roue jusqu’à la verticale de son axe où un décrochement du sous-bief permet une évacuation très rapide de l’eau après sa phase de travail. Ce

type de roue, développé à partir de 1830, permettra d’accroître le rendement de ces machines qui pourra atteindre 60 % contre 40 au mieux pour les roues par le bas. Celle reconstituée à Dommartin peut développer 8 chevaux dans de bonnes conditions de débit de rivière avec un diamètre de 4 mètres et une largeur de 2 mètres. Elle compte deux rangées de 46 augets plats à enfonçure. Elle est dédiée à la mise en mouvement de la soufflerie du haut-fourneau ou du four Wilkinson.

Gérard Dalstein

Voir également dans cette rubrique les pages dédiées à la soufflerie (les boîtes à vent…)

815 vues