Paradis : Jésus et Marie, piliers de la foi chrétienne

Cliquez sur l’image pour accéder au panneau d’information

 Après la Révolution, la France rechristianisée exprime sa foi en peuplant ses églises de statues. Ce regain spirituel inspirera sculpteurs et fondeurs.

Revivifié par ses Apparitions à La Salette, Lourdes et Pontmain, le culte de la Vierge Marie se manifeste en plénitude dans le fonds Ferry-Capitain inspirant une foule de modèles retraçant la vie de la Vierge ou la présentant comme la mère des chrétiens, aimante et consolatrice. 

En 1854 la proclamation par Pie IX du dogme confirmant l’exemption de péché originel de Marie fera fleurir nombre de représentations de l’Immaculée Conception écrasant la tête du démon ou en prière.

Les modèles en plâtre de la Vierge immaculée et de celle de Lourdes, sont en différentes tailles et doublés de séries de contre-modèles* en fonte, attestant de l’extrême dévotion dont elles ont fait l’objet dans la seconde moitié du XIXe siècle

Le même principe du contre-modèle prévaut pour le Christ en croix d’après ceux de Bouchardon, Saint Pierre de Rome ou par Didier. 

Les autres modèles retracent la vie de Jésus, de l’enfance à la mort. Le fonds se caractérise par plusieurs chemins de croix en bas-relief ou ronde-bosse dont chaque station est composée de plusieurs personnages particulièrement travaillés. 

Le Christ et la Vierge sont représentés ensemble dans des groupes appelés Pietà. L’un d’eux est du sculpteur Édouard Drouot, enfant de Sommevoire, qui fournira également des modèles à Durenne.

*Contre-modèle : réalisation en fonte d’un modèle d’après le plâtre original lorsque l’édition en série sera importante. Il est en plusieurs parties afin de faciliter et réduire le temps de moulage, donc le prix de revient.

Le fonds de modèles Ferry-Capitain

Les modèles de Vierges sont particulièrement variés : Vierge mère, Mater dolorosa, Saint Cœur de Marie, Notre Dame du Rosaire, des 7 douleurs, du Carmel, des Victoires, de Montligeon (libératrice des âmes du purgatoire), de Lourdes ou de l’Immaculée Conception. Marie illustre aussi la doctrine sociale de l’Église qui se veut proche du monde du travail avec Notre Dame des Champs, de l’Usine et des Flots (modèles disparus).  

Le Christ est représenté enfant, enseignant, prenant son dernier repas avec les apôtres et dans les quatorze stations du chemin de croix. Les modèles de Sacré-Cœur symbolisent l’amour divin. Les cinq Pietà, dont l’une est monumentale, est un thème qui a inspiré nombre de sculpteurs depuis le Moyen Âge. 

Source : ASPM : Elisabeth Robert-Dehault, Sylvain Roze, Guillaume Delvaux

Voir également : https://www.ars-metallica.fr/ads/jesus-et-marie-piliers-de-la-foi-chretienne/

337 vues