Fontes n°100 : Jean-Louis Langrognet

Polymnie

Polymnie_Langrognet Une statue de Polymnie, muse de l’art lyrique et du beau langage, a été mise en scène par un particulier à la fin du XIXe siècle, sur la pente d’un jardin créé au XVIIIe pour un aristocrate dolois. Dominant la rive du Doubs, loin de l’agitation de la ville et des saisons, Polymnie semble rêver, indifférente aux jeux de l’eau et des arbres qui l’entourent.

Dole (Jura), Jardin du parc de Scey. Polymnie, statue en fonte (hauteur : 193 cm) d’après un antique en marbre de la collection Borghèse du Musée du Louvre (planche 596 du catalogue du Val d’Osne de 1866).

Cliché J.-L. Langrognet 2015

Désiré Adrien Pétremant de Valay et  Françoise Marie Louise Augustine Adélaïde de Salignac de la Mothe

ValayDu haut d’un mauvais massif de maçonnerie, qui a remplacé le beau socle architecturé d’origine, l’ancien maître de forges, au soir de sa vie, tendrement accompagné par son épouse, regarde avec affection le village de Valay. Aux habitants qui durant toute la première moitié du XIXe siècle ont travaillé à sa forge, il a apporté tous ses soins en qualité de premier magistrat et de mécène. Les notations réalistes voulues par le sculpteur s’allient à la noblesse des attitudes, tandis que la corrosion de la matière – qu’il conviendrait  pourtant de combattre – accentue le romantisme de la composition.

Valay (Haute-Saône). Groupe en fonte (grandeur nature) érigé par souscription publique à la mémoire de Désiré Adrien Pétremant de Valay et de Françoise Marie Louise Augustine Adélaïde de Salignac de la Mothe, son épouse. Sculpteur : J.-S. Piguet ; mouleur : J.-P. Franceschi de la fonderie Saint-Eve à Besançon, 1857.

Cliché J.-L. Langrognet 2015 – voir fiche e-monumen.net


Jean-Louis Langrognet, conservateur des antiquités et objets d’art du département de la Haute-Saône, conduit depuis plusieurs années des recherches sur l’architecture civile et religieuse des XVIIIe et XIXe siècles en Franche-Comté.


 

601 vues