« Des Usines et des Hommes », le magazine annuel de l’ASBL

Le magazine « Des Usines et des Hommes » retrace l’histoire des bâtiments industriels wallons

Quand le paysage nous raconte l’histoire ! C’est le sujet de la treizième revue annuelle de l’ASBL Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles. 

En effet, la fédération Wallonie-Bruxelles est considérée comme le berceau de la révolution industrielle sur le continent européen. 

Ainsi, elle regorge de ces représentations malgré les destructions des dernières décennies. Entre cheminées d’anciennes usines, terrils et sites monumentaux, des experts se sont mobilisés pour vulgariser l’histoire de ces édifices. 

L’importance du patrimoine

Ce magazine, rempli d’explications et de photographies anciennes et actuelles, se veut accessible à un large public. “Nous souhaitons sensibiliser le lecteur au patrimoine puisque de nombreux bâtiments risquent de disparaître. C’est une de nos préoccupations majeures », déclare Jean-Louis Delaet, président de l’ASBL Patrimoine Industriel Wallonie-Bruxelles. “Nous avons choisi des sujets transversaux et identifiables par le plus grand nombre »précise-t-il. 

Du côté liégeois, plusieurs chapitres pourront intéresser les plus curieux. Notamment le passage sur les hauts fourneaux qui étaient un outil favori de la sidérurgie. Si certains ont disparu depuis, celui d’Ougrée est à nouveau valorisé et a également été illuminé le 9 décembre 2023.

Le haut fourneau B a été rallumé ce samedi 9 décembre ! 

Un regard est porté du côté verviétois des usines textiles de laine avec sept témoins conservés le long de la Vesdre. Un chapitre développé par l’archéologue Catherine Bauwens et l’historien Freddy Joris. 

Mais ces monuments industriels ne sont rien sans les ouvriers qui les occupaient à l’époque. Ainsi, un accent tout particulier est mis sur les hiercheuses, ces femmes qui travaillaient dans les mines de charbon au XIXème et au début du XXème siècle. Figure féminine importante, souvent utilisée par les artistes pour illustrer l’exploitation du charbon et très souvent fantasmée. 

Le magazine est déjà disponible à l’achat.

————————-

Autre source : https://www.seraing.be/le-hfb-sest-illumine/

Le HFB s’est illuminé !

Le Haut-Fourneau de la Ville de Seraing s’est illuminé ce samedi soir à Ougrée. La Ville de Seraing souhaite préserver cet ancien site sidérurgique en le reconvertissant prochainement en un lieu de savoir et de divertissement.

A l’image de son « frère d’acier », le Haut-Fourneau B d’Ougrée fait partie intégrante de l’histoire de Seraing et de ses habitants.

Véritable symbole du haut de ses 81 mètres de haut, il était utilisé à l’époque pour transformer le minerai de fer en fonte et en laitier. Il pouvait produire à lui-seul près de 2000 tonnes par jour mais en 2011, le groupe ArcelorMittal annonçait la fin de la production du HFB d’Ougrée.

Un arrêt définitif qui marque la fin de la sidérurgie à chaud pour le bassin liégeois mais aussi et surtout la perte d’emplois pour des centaines de travailleurs présents sur le site sérésien.

Plus de 10 ans plus tard, le Haut-Fourneau B trône toujours à Ougrée.

Extrêmement fière de ce patrimoine, la Ville de Seraing a décidé de sauvegarder ce site rempli d’histoire et de le mettre à l’honneur à l’occasion d’un événement inédit.

Illumination et feu d’artifice !

Ce samedi 9 décembre, le Haut-Fourneau B d’Ougrée a été totalement mis en lumière – et le restera jusqu’au 2 janvier 2024. Une illumination à laquelle tous les citoyens étaient invités.

Nombre d’entre eux se sont ainsi présentés à l’ancienne mairie d’Ougrée à partir de 18h00 où la Bourgmestre, Déborah Géradon, a pris la parole avant de laisser place au feu d’artifice qui s’est tiré depuis le site du HFB.

Une reconversion assurée

Un moment émouvant quand on connait l’histoire du site qui se verra prochainement reconverti. En effet, la Ville de Seraing a rappelé son souhait de transformer ce lieu en une nouvelle zone de développement touristique, social, académique et industriel.

L’asbl « Des racines et des ailes d’acier » tient d’ailleurs à contribuer favorablement à la mise en place de ce projet.

Une volonté qui fait directement référence à la motion votée à l’unanimité en avril dernier lors du conseil communal. Cette dernière rappelle sans nulle doute la volonté de la Ville de Seraing « de préserver et de reconvertir les éléments remarquables du site plutôt que de le démolir ».

Par la mise en lumière du HFB, la Ville de Seraing tient donc à respecter ladite motion ainsi que les engagements qui en découlent.

Loading

174 vues