Revue de web : “Ferro non Ferro” exposition interactive sur la métallurgie au Musée de l’industrie de Gand

“Ferro non Ferro” : une exposition interactive sur la métallurgie au Musée de l’industrie de Gand

https://www.vrt.be/vrtnws/fr/2023/12/03/ferro-non-ferro-une-exposition-interactive-sur-la-metallurgi/

Article signé Anne François

Le musée gantois installé dans une ancienne filature de coton propose encore jusqu’au 31 août 2024 une exposition sur cette industrie lourde dont Gand fut l’un des bassins dans notre pays. Le chef-lieu de Flandre orientale fut d’ailleurs la première ville dans laquelle la révolution industrielle, venue du Royaume-Uni, a éclaté à la fin du 18e siècle. L’exposition interactive “Ferro non ferro” regorge de faits surprenants, d’histoires méconnues et de savoir-faire souvent sous-estimé. On y apprend tout sur les matières premières et leur rareté, sur les métallurgistes et leur travail de précision, ainsi que sur les entreprises et l’entrepreneuriat. Le métal y est omniprésent, des ustensiles du quotidien aux machines ingénieuses en passant par l’art! Pour ceux qui ont envie de travailler le métal, l’atelier propose d’utiliser pinces et tarauds pour plier et mesurer méticuleusement.

Le titre de l’exposition “Ferro non ferro » désigne les métaux qui contiennent ou non du fer – “Ferreux non ferreux” en français. Mais le Musée gantois de l’industrie était avant tout à la recherche d’un titre permettant de présenter un sujet assez lourd de façon plus légère. Les objets et machines présentés, témoins de l’histoire de la métallurgie, proviennent de la collection du musée et de 40 collections belges.

Où que l’on pose son regard dans l’exposition, tout y est métal. Comme ce moule de la célèbre bouteille de coca-cola (photo ci-dessus). Mais aussi de plus récent robot de soudure de l’usine Volvo à Gand et de grosses machines de trois tonnes qui ont été acheminés au musée pour l’occasion.

Le Musée de l’industrie a en effet pu faire appel à la collaboration d’entreprises du secteur métallurgique, comme le géant ArcelorMittal ancré à Gand notamment. L’exposition décrit ainsi le travail de précision des métallurgistes et leur art de façonner le métal. Des explications accessibles aussi aux enfants.

Pour ceux qui auraient toujours rêvé de travailler le métal, le Musée propose des ateliers de métallurgie. “On y apprend notamment à plier, tarauder et mesurer”, expliquait Ann Van Nieuwenhuyse à Radio 2. “Tous les dimanches matins, on peut aussi observer des métallurgistes à l’œuvre. Ils mettent alors en route les grosses machines et parlent de leur métier”. L’occasion d’apprendre des histoires méconnues et faits surprenants sur le travail du métal.

L’exposition “Ferro non ferro” est à voir jusqu’au 1er septembre 2024 au Musée de l’Industrie, situé Minnemeers 10 à 9000 Gand.

Le Musée est ouvert tous les jours, sauf le mercredi.
https://www.industriemuseum.be
info@industriemuseum.be
+32 9 323 65 00

D’autres découvertes au Musée de l’industrie

Il y a cent ans, Gand était encore une ville industrielle bouillonnante d’activité, avec ses cheminées fumantes et ses quartiers ouvriers densément peuplés. Le Musée de l’Industrie, installé tout près du Vrijdagmarkt dans une ancienne filature de coton, propose la découverte des usines d’antan.

Dans l’exposition principale “Hommes et machines”, on découvre l’histoire des révolutions industrielles, et comment la vapeur et l’électricité ont profondément bouleversé le quotidien dans les usines de l’époque. Comment des femmes et des enfants pieds nus contribuaient à faire tourner les usines, et comment vers 1950 les premiers travailleurs migrants sont venus en renfort. Le glorieux passé textile de Gand sert de fil rouge à cette exposition.

Gand fut la première ville dans laquelle la révolution industrielle, venue tout droit du Royaume-Uni, a éclaté à la fin du 18e siècle. Le gouvernement britannique, qui redoutait l’espionnage, voulait protéger son avantage technologique en interdisant l’exportation de machines. Mais c’était sans compter sur l’ingénieur et industriel gantois Lieven Bauwens (1769-1822), qui exportera secrètement les pièces d’une “Mule Jenny” dans des sacs de café et de farine en 1798.

La Mule Jenny ou Spinning Mule est une machine à filer exposée aujourd’hui encore au Musée de l’Industrie gantois. On y trouve aussi le plus ancien moulin à retordre conservé d’Europe, datant de 1789, ainsi que le”selfacto”, une énorme machine à filer.

Après l’exposition principale, le musée propose deux expositions abritant de nombreuses machines en état de fonctionnement. Dans “Trois siècles d’industrie graphique”, on découvre comment la vie a radicalement changé dans les imprimeries au cours des 300 dernières années. Dans l’atelier d’imprimerie – qui comprend des presses en état de fonctionnement – on peut régulièrement voir au travail des imprimeurs et graphistes passionnés.

“100% Textile” explique comment le textile était fabriqué autrefois, de la fleur de coton au linge de bain. Et ce, dans le bourdonnement des machines à filer et le crépitement des métiers à tisser. L’exposition fait également découvrir les conditions et techniques actuelles de la production de textile.

Loading

125 vues