De Rupt-sur-Saône à Bohain, l’histoire du lion cloné

Extrait du site web Fontaines de France

Agnès Moreau (Vesoul)
BOHAIN-EN-VERMANDOIS, commune du nord de la France, dans l’Aisne, entre Cambrai et Saint-Quentin, à une heure de Lille, 6338 habitants en 2004, étymologiquement « village des bois », a été la ville d’enfance d’un artiste reconnu à travers le monde entier : Henri Matisse. Sur cette commune se dressait une fontaine surmontée d’un lion en fonte que des malfaisants ont subtilisés il y a une dizaine d’année. Avec ce lion disparaissait également une autre sculpture représentant un Dauphin ; deux des symboles de la richesse et de la prospérité de la grande cité textile qu’était devenue BOHAIN à la fin du XIXème siècle.
Le temps passe, les Bohainois n’espèrent jamais revoir l’animal.
   am_lion_rupt
C’est sans compter sur le hasard qui conduit l’ancien directeur technique sur les bords de la Saône, où sans doute attiré par le château et sa tour du XIIIème siècle, il visite la petite commune de RUPT-SUR-SAÔNE. Et là, ébahi, ce vacancier bohainois s’arrête devant la réplique exacte du lion de Bohain, âgé de plus de deux siècles.
RUPT-SUR-SAÔNE, petite commune de l’est de la France, en Haute-Saône, 128 habitants, doit toute son attraction à son château et à sa proximité, comme son non l’indique, de la Saône : maisons anciennes, calvaires et lavoirs complètent le patrimoine architectural du village.Il paraît même que la forêt alentour abrite les fantômes des amours moyenâgeuses du croisé Jean de Rupt…
Contact est pris entre les deux communes.
Justement BOHAIN prépare un projet culturel autour du peintre Henri Matisse, « Bohain aux couleurs de Matisse » avec notamment la restauration de la graineterie dans laquelle il a vécu et qui se trouve non loin de l’emplacement de l’ancienne fontaine au Lion.
A RUPT-SUR-SAÔNE, le conseil municipal n’oppose aucun problème à « prêter » le lion pour un « clonage » en règle, même si celui-ci fait partie du patrimoine fontainier très important en Haute-Saône. RUPT est même le premier village à avoir eu l’eau courante dans les années 60 ! Tout un symbole donc !
Si, selon les documents, le lion originel avait coûté 275 francs à l’époque, la commune de BOHAIN aura dû, par contre, débourser aux environs de 12.000.€ pour ce nouvel animal. Le travail de fonderie a été effectué par une fonderie de Haute-Marne, département limitrophe de la Haute-Saône [ vraisemblablement la GHM à Sommevoire mais à confirmer NDLR]
Voici un an, en février, que le nouveau lion a retrouvé sa place, sur un nouveau socle en pierre bleue à BOHAIN-EN-VERMANDOIS, rue du Château, juste la veille de l’inauguration de la maison de Matisse.
Voir la fiche sur le site e-monumen.net
am_lion_bohain_photo_jrmy
C’est dans le cadre d’un chantier d’insertion qu’ont été réalisés les travaux de restauration notamment de la Maison Matisse, la taille du socle du Lion et son installation.
Les habitants de RUPT ne pouvaient que comprendre les habitants de BOHAIN, puisque que, non loin de leur fontaine au Lion, s’érige une autre fontaine sur laquelle trône la Déesse de l’Abondance, qui, elle aussi a été victime d’une tentative d’enlèvement.
Décidément, les éléments décoratifs de nos cités semblent bien attractifs, et pas seulement pour les chasseurs d’images…ou d’histoires…
Agnès Moreau – Vesoul

Maison familiale d’Henri Matisse 26 rue du Château 02110 Bohain-en-Vermandois – 
Tél : 03.23.60.90.54 email : maisonmatisse@bohainenvermandois.fr

et pour ceux que les fontaines de France intéresseraient :
895 vues