Bordeaux : une tombe “Festugière” en fonte…

Le cimetière des Chartreux se présente comme le Père Lachaise de Bordeaux : un peu moins vallonné, un peu moins arboré, un peu moins fréquenté sous le soleil d’été, mais avec des sépultures parfois originales. Nous avons remarqué cette tombe en fonte composée d’urnes, de “bacs”, de chaînes et surtout d’un canon dont on ne voit que la bouche et le boulet qui l’obture.

Sur la pierre tombale, connue comme la sépulture de Charles-Marie Espinasse, plus discrète se lit le nom de Festugière. Il n’en fallait pas plus pour attiser notre intérêt et solliciter le savoir de Dominique Marsac.

rifa_bordeaux06 rifa_bordeaux07 rifa_bordeaux10

Cliquez sur les vignettes pour les agrandir.

– Le général  Charles-Marie ESPINASSE  (1815-1859), il participa au complot bonapartiste et fut chargé, lors du coup d’Etat de 1851, de bloquer le Palais Bourbon. puis devint après l’attentat d’Orsini un éphémère ministre de l’Intérieur (7 février-14 juin 1858) où il mena une politique terriblement répressive à l’égard des Républicains. Il trouva la mort dans la guerre d’Italie où il commandait une division du corps Mac-Mahon lors de la bataille de Magenta. Il fut inhumé dans le caveau de famille de son épouse, née Festugière. De la dalle, émerge la bouche d’un canon prêt à tirer. (source : http://www.landrucimetieres.fr/spip/spip.php?article1437)

Par ailleurs, nous avons trouvé cette mention :

“Promu général en mai, il se maria l’année suivante avec une nièce du maréchal Bugeaud, Marie Festugière, issue d’une riche famille de la bourgeoisie bordelaise, union dont naquirent deux filles et un fils”.

Sur la tombe de Bordeaux, on peut lire “la générale Espinasse, née Festugière, dame d’honneur de la princesse Mathilde, morte en 1919”.

Dominique Marsac ajoute :

“La tombe est celle de Marie, sauf erreur de ma part, petite fille de Jean qui a fondu de très nombreux canons à la Forge d’Ans.
Son père est Jean-Antoine X Marie Otard. A la vente des usines de Dordogne, une partie de la famille est partie à Bordeaux (dont un mariage avec la famille du grand marchand de fer, Ollagray)
Une autre à Paris et une autre en Haute Marne à Brousseval et Poissons où  il y aura un mariage avec les Ballif. C’est cette branche qui fera de la fonte d’art.”

642 vues