Vecqueville : Le haut-fourneau à l’écossaise de Bussy

Le haut-fourneau à l’écossaise de Bussy, témoin de l’évolution de la sidérurgie

Le haut-fourneau de Bussy, construit en 1866, représente la nouvelle génération des appareils qui succèdent au haut-fourneau de Dommartin-le-Franc. Haut de 12 mètres, il est dit à l’écossaise à cause de sa configuration circulaire en briques cerclées de fer montées sur des colonnes, son creuset indépendant et à poitrine fermée, et sa soufflerie à air chaud. Construit au bord de la Marne, il fonctionnait avec une roue à aubes de 30 chevaux animant une double soufflerie à air chaud. Les charges étaient montées par un monte-charges hydraulique. Sa production journalière était de 10 tonnes.

Il fonctionna jusqu’en 1901, avec des modernisations, l’énergie à vapeur se substituant à l’hydraulique, notamment. L’usine le conservera comme témoin d’une avancée technologique décisive. Jusqu’à nos jours, tous les hauts-fourneaux adopteront les mêmes principes de construction.

Bien qu’entretenu, il menace ruine et, en 2001, est classé Monument historique puis démonté.

Photos d’archives du haut-fourneau quand il était encore implanté dans l’usine au bord de la dérivation de la Marne (photos D. Perchet)

Plusieurs emplacements ont été recherchés avant d’être implanté près de l’ancienne RN67 sur un rond-point menant à l’usine actuelle….

Son remontage très partiel permet a minima de conserver la trace du dernier haut-fourneau circulaire de France datant du XIXe siècle. (photos Sylvain Roze).

Le dictionnaire des techniques propose sur ce site des informations plus précises sur le type de haut-fourneau à l’écossaise.

858 vues