Une fonte d’art ancienne : 1829-1830 à Toulouse

P1150217 P1150221Nous connaissions les lions de Vaudoyer (fonderie du Creusot) à Paris, datés de 1809-1810 et 1811. Après cette date, nous n’avions pas pu retrouver de fonte de fer dans les années 1820. Le repérage des fontes et bronzes à Toulouse nous a permis de mettre une date nouvelle dans la chronologie de la  naissance de la fonte d’art : 1829 (date apposée par le sculpteur Griffoul-Dorval dans le modèle des griffons). Quant au fondeur de fer, Olin-Châtelet, il demande à être mieux connu : il produisait de la fonte, du cuivre, de la ferronnerie, installé à Toulouse (adresse inconnue).

P1150219

Localisation : Toulouse, place Dupuy (Haute-Garonne) : Monument au général Dupuy – Toulouse – Renommée sur une colonne en fonte de fer, signée Terre noire : griffons au pied

Située sur la place Dupuy, ancienne place Dauphine, la fontaine Dupuy est la plus monumentale de Toulouse avec ses 19,20 mètres de haut.
Construite entre 1829 et 1832 selon les plans d’Urbain Vitry, elle fut érigée pour rappeler les mérites du général Dupuy commandant une armée sous Bonaparte. Les sculptures furent réalisées par Griffoul Dorval. Ses hautes proportions sont équilibrées par les puissants griffons hiératiques grimaçant au-dessus de la vasque.

olin ChateletReprenant le schéma général, Vitry simplifie et élimine la sculpture pour économiser: le fût de métal est nu à la base, cannelé aux deux-tiers, le chapiteau est volontairement choisi parmi les plus élémentaires. Seule la base habillée de marbre blanc est ornée d’inscriptions et, sur une face, d’un médaillon sculpté. On ne pouvait faire moins. Aux angles, disposés à 45°, quatre griffons de grande taille crachant l’eau dans une grande vasque. Leur raideur monumentale n’est pas sans mérite. Tête, ailes et serres de l’aigle greffés sur un corps de lion, ils n’ont pas perdu la vieille signification des dictionnaires d’iconologie: clairvoyance et courage. Griffoul-Dorval qui les conçut, en accord étroit avec Vitry, se souvient ici dans sa stylisation des reliefs antiques (tels qu’il pouvait les étudier au musée) et des modèles commerciaux comme ceux édités par Romagnesi. L’esprit d’économie obligea à renoncer au bronze pour utiliser la fonte de fer mise en œuvre par un fondeur local, Olin Châtelet, pour 4 500 francs.

Voyez la fiche sur notre base de données

981 vues