Sur la Seine, un barrage “élégant” et une passerelle ornée de fonte (mise à jour)

Le barrage passerelle de Luc Weizmann ou l’élégance de l’ouvrage d’art

En octobre 2018, Voies Navigables de France (VNF) a inauguré le barrage de Vives Eaux totalement rénové sur la Seine en amont de Paris. Après plus de quatre ans de travaux spectaculaires, l’agence LWA /Luc Weizmann Architecte et Groupe Artelia ont livré un ouvrage d’art devenu lieu de promenade prisé. (reportage-photo d’Hervé Abbadie)

Le barrage mobile de Vives Eaux régule depuis 1928 les niveaux amont et aval du fleuve pour assurer sa navigation. Il était le dernier à être encore manœuvré manuellement. Entièrement reconstruit et modernisé, ce projet d’infrastructure de 40 M€,* visait à améliorer la sécurité de la gestion hydraulique au service de la navigation fluviale et des autres usages de l’eau (eau potable, industries…), tout en améliorant les conditions de travail des agents d’exploitation. L’ouvrage est désormais entièrement automatisé, équipé d’une passe à poissons et d’une nouvelle passerelle publique reliant les deux rives de la Seine.

Chaque année, ce sont plus de 13 000 bateaux (commerce et plaisance) et 4,5 millions de tonnes de marchandises qui empruntent cet itinéraire structurant. (…)

«Au-delà de sa finalité fonctionnelle et technique, la reconstruction du barrage a fourni l’occasion d’une requalification générale du site naturel sensible de la vallée de la Seine où il s’implante», souligne Luc Weizmann.

«De par son dessin-même, le nouvel équipement intègre une valeur symbolique et devient un ‘ouvrage d’art’ au sens noble du terme. La nouvelle circulation publique sur la passerelle, à l’aplomb de la chute d’eau, forme à ce titre un élément précieux de valorisation de l’environnement», poursuit l’architecte.

Le garde-corps «Vives-Eaux», en fonte moulée, créé spécialement, accompagne de sa courbe tendue la traversée du fleuve. Source :  https://chroniques-architecture.com/barrage-passerelle-luc-weizmann/


L’article ne nous dit pas d’où vient le garde-corps. Dommage ! (NDLR)

Mais l’information nous est rapidement parvenue avec ce lien : c’est la fonderie Vincent. Merci au site fonderie-piwi et à Micheline Casier pour sa réactivité : cliquez sur ces deux liens : 

272 vues