Revue de presse : Reyniès (Tarn-et-Garonne) et Dommartin-le-Franc

Lu dans la Dépêche du Midi

http://www.ladepeche.fr/article/2015/01/26/2036522-reynies-reve-d-un-label-art-deco.html

Quatre-vingt-cinq ans après la crue dévastatrice, les élus veulent marquer le coup. Objectif : mettre en valeur tout un patrimoine né de la reconstruction de ce bourg de la vallée du Tarn.

1930, dans la nuit du 3 au 4 mars tout le département est englouti par les eaux du Tarn, de l’Aveyron et de la Garonne… Il s’agit, jusqu’à ce jour, de la crue la plus dévastatrice en Tarn-et-Garonne. Tant par les dégâts occasionnés que part le nombre de victimes. Un village est particulièrement touché : Reyniès. À cette occasion, le Président de la république de l’époque, Gaston Doumergue, s’est déplacé dans la région et s’est longuement attardé dans ce village, permettant de faire connaître la situation au plus grand nombre.

Suite à cette catastrophe, un élan de générosité nationale voit le jour pour reconstruire la commune qui a été presque entièrement rasée, déplorant aussi 15 disparus. Ainsi, les habitants ont rapidement été logés dans des «baraquements» en bois, des ébénisteries du Doubs ont envoyé du mobilier pour les chambres à coucher et les salles à manger et la fonderie de Dommartin-le-Franc a également fait parvenir des cuisinières en fonte, dont il reste quelques rares spécimens.


«Tout le mobilier de notre salle à manger a été envoyé à nos grands-parents depuis le Doubs. À l’époque, ils ont aussi reçu des outils agricoles et du carrelage», expliquent Clara et Louis-Robert Vigouroux, habitants de Renyès et parents de l’actuel maire. La solidarité nationale de 1930 est donc encore bien présente dans le village.

Quatre-vingt-cinq ans après, Claude Vigouroux, maire de la commune veut marquer le coup. Pour cela, il souhaite commémorer cette triste période mais surtout remercier «ceux qui ont aidé nos aïeux à retrouver une certaine dignité et un sens à leur vie», explique-t-il. Pour les quatre-vingt-cinq ans de ces tristes événements, des conférences et autres animations vont être organisées. Sans oublier son histoire, la commune souhaite regarder vers l’avenir. «Après avoir subi les conséquences de cette catastrophe pendant de nombreuses années, nous voulons maintenant capitaliser sur ces inondations, en tirer du positif. Ainsi, nous aimerions, pourquoi pas, faire codifier Renyès comme un village «Art Déco 1930» car la plupart des habitations date de cette époque et ont donc un style architectural particulier», conclut Claude Vigouroux, un maire qui ne manque pas d’idées pour valoriser son patrimoine.

Une belle initiative.

477 vues