Revue de presse : le Monde : Gilles Bultez, fontainier chez Louis XIV

Au château de Versailles, l’intendant des eaux et fontaines du Roi-Soleil veille sur 35 km de canalisations (en fonte, pour l’essentiel NDLR)

Gilles Bultez, chef du service des fontaines au château de Versailles, l’affirme sans détour : « tout le système date du XVIIe siècle, rien n’a changé. Le visiteur voit le même spectacle que Louis XIV, avec les mêmes hauteurs, formes et pressions de 670 jets d’eau. » Un spectacle minuté, joué sur 55 bassins et fontaines grâce à un réseau souterrain, circuit fermé de 35 kilomètres de canalisations en fonte dont les deux tiers datent du XVIIsiècle.

Le Roi-Soleil avait établi lui-même le parcours à suivre depuis la terrasse du palais, dans sa Manière de montrer les jardins de Versailles. Le souverain choyait son parc de 85 hectares, espace festif avant tout, conçu comme un théâtre de plein air aux multiples scènes, animées par la musique de Lully et d’innombrables jeux d’eau, pour les fêtes les plus folles, où se produisait la troupe de Molière. Pour la promenade royale, les bassins, jets et cascades, sont mis en eau au fur et à mesure de son passage. Un coup de sifflet donne le signal au fontainier qui actionne la clé-lyre de chaque fontaine. L’envers du décor est une machinerie ultra-sophistiquée parfaitement entretenue.

« UN TIERS DES DÉPENSES DE LOUIS XIV POUR SON PALAIS CONCERNAIENT L’ARRIVÉE ET LA DISTRIBUTION DE L’EAU »

A 41 ans, Gilles Bultez, athlète en tenue de forestier, est l’héritier de la famille des Francine, les intendants des eaux et des fontaines de Louis XIV. Pendant plus de trois siècles, les générations de fontainiers, détenteurs des savoir-faire d’excellence, se sont succédé à Versailles, pour transmettre les techniques artisanales de l’entretien de ce dispositif complexe, chef-d’œuvre d’ingénierie hydraulique voulu par André Le Nôtre, le jardinier du roi. « Jusqu’aux années 1990, la transmission passait de père en fils. On était apprenti à 14 ans. Le dernier représentant de la famille Sauvage est décédé en 2014. Parmi les plus anciens, Gabriel Novello est parti l’an passé, à 66 ans. » Aujourd’hui, CAP de plombier en poche, il faut réussir le concours de plombier-fontainier et être un virtuose des « soudures à la louche côtelée et à joint coulé ».

Le bassin des enfants dorés à Versailles, lors des travaux de restauration.
Le bassin des enfants dorés à Versailles, lors des travaux de restauration.

2,5 millions de litres d’eau

« En mars 2014, le statut de fontainier a été reconnu par le ministère de la culture » pour Versailles, l’unique site à disposer de fontainiers, note fièrement Gilles Bultez. Au total, neuf fontainiers y sont chargés de l’entretien, de la restauration, de la plomberie, des canalisations du domaine, mais aussi des anciens parcs royaux de Marly-le-Roi (Yvelines), Saint-Cloud et Meudon (Hauts-de-Seine).

Ingénieur hydraulicien, Gilles Bultez est arrivé chez Louis XIV en 2003, à 29 ans.« J’ai vu l’annonce, je cherchais un poste pour être au cœur de l’entretien d’un complexe hydraulique », se souvient celui qui se dit « passionné par l’eau, dans tous ses états ». Ce matin de juillet, l’aimable gaillard est sur le terrain, un mot pour chacun, aux jardiniers à la taille des topiaires comme aux soudeurs de son équipe à l’œuvre sur le bassin des Enfants-Dorés, dont la cuve elliptique en plomb est refaite à neuf.

La triple couronne qui dessert tout le réseau hydraulique dans une magnifique salle voûtée sous la fontaine de Latone à Versailles, véritable clef de voûte du dispositif.
La triple couronne qui dessert tout le réseau hydraulique dans une magnifique salle voûtée sous la fontaine de Latone à Versailles, véritable clef de voûte du dispositif.

Il faut suivre le chef fontainier dans les entrailles du dispositif, un labyrinthe de galeries voûtées en pierre de taille courant sous le jardin, maçonnerie intacte de toute beauté. L’accès par une porte dérobée donne sous la fontaine de Latone, dessinée en 1665 par Jules-Hardouin Mansart. C’est la clé de voûte du réseau hydraulique de Versailles. Composée d’une pièce montée en marbre rouge ornée de 74 figures sculptées dans le plomb et dorées à la feuille, elle a été restaurée en 2015 pour huit millions d’euros.

Canalisation en fonte datant de Louis XIV dans les sous-sols de Versailles.
Canalisation en fonte datant de Louis XIV dans les sous-sols de Versailles.

Le démontage du monument de Latone permit la découverte d’une salle voûtée en pierre de taille coiffant une triple roue de canalisations en fonte, équipées de 70 tuyaux en rayons, pour alimenter les bassins et fontaines du parc royal par gravitation. Les fleurs de lys gravées disent l’âge des tuyaux. L’eau arrive d’un réservoir de 2,5 millions de litres d’eau dissimulé sous les terrasses du château, qui permet un débit de 4 000 mètres cubes par heure, la capacité des pièces d’eau. « Toute la technique est sous terre, c’est un iceberg », lance Gilles Bultez, qui rappelle qu’« un tiers des dépenses de Louis XIV pour son palais concernaient l’arrivée et la distribution de l’eau ».

Chaque week-end d’été, le visiteur peut assister, deux heures durant, aux Grandes Eaux de Versailles, ballet de jets dressés le long de la grande perspective dévalant sur deux kilomètres depuis la terrasse du château, comme au temps du Roi-Soleil.

Par Florence Evin

888 vues