Revue de presse : En Moselle, le haut-fourneau classé d’Uckange accueille le Goncourt

Le Figaro par  Mis à jour Publié

lien :  En Moselle, le haut-fourneau classé d’Uckange accueille le Goncourt 

  •  VIDÉO – Ce vendredi 28 juin, Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018, achève sa tournée promotionnelle en France par une lecture publique au sein même du lieu qui a inspiré son roman: le haut-fourneau U4 à Uckange, site patrimonial classé. Un événement d’une exceptionnelle portée symbolique.

«La première fois que je l’ai vu, cela m’a fait l’effet d’une commotion. Il est magnifique!». Le haut-fourneau d’Uckange ne pouvait trouver meilleur ambassadeur en la personne de Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018, dont le roman Leurs Enfants Après Eux (Actes Sud) a directement été inspiré par ce site industriel inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 2001. L’écrivain se remémore avec beaucoup d’émotion cette «première fois» aux accents initiatiques. «Je cherchais un lieu signifiant, symbole d’un monde finissant, celui de la grande industrie. Originaire du sud de la Lorraine, je me suis donc rendu à Uckange et là, ce fut love at first sight. La vallée de la Fensch forme un décor d’un caractère esthétique évident, qui parle de lui-même. Tous ces conduits, ces tubulures enchâssées au cœur même des villes… Le haut-fourneau, c’était le cœur battant.»

L’idée de retourner sur les lieux pour y échanger avec son public s’est naturellement imposée. «Depuis le début, je savais que je reviendrais. J’avais une dette envers ce territoire», confie la nouvelle star de la littérature réaliste. Le déclic vient d’une rencontre avec le président d’une association culturelle Des Mots & Débats, Pascal Didier, originaire de la vallée de la Fensch: «L’U4 réunit toutes les caractéristiques pour que l’événement marque les esprits. Le débat aura lieu directement au pied du haut-fourneau». De fait, cette lecture publique suivie d’un débat conforte la dimension patrimoniale du haut-fourneau d’Uckange, qui a connu une destinée mouvementée.

Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018 avec «Leurs enfants après eux»
Nicolas Mathieu décroche le prix Goncourt pour “Leurs enfants après eux” (Actes Sud), un roman d’apprentissage sur l’adolescence et une fresque politique et sociale. Images : AFP
Comme bon nombre de communes des alentours, Uckange a longtemps vécu de la production de fonte, jusqu’en décembre 1991, date de la dernière coulée du précieux métal en fusion. Après la fermeture de l’usine, une poignée d’irréductibles se mobilisèrent pour qu’une partie des installations, dont le haut-fourneau U4, échappent au pic des démolisseurs, à des fins culturelles, historiques et mémorielles. Ils finissent par obtenir gain de cause en 2001, année du classement.

L’U4 est progressivement réhabilité et accueille le public à partir de 2008. Les débuts sont timides. Les esprits ne sont pas encore mûrs et l’essor du tourisme industriel encore trop récent, surtout en Lorraine, où ce type d’infrastructure a longtemps été perçu comme le symbole d’une histoire traumatisante. «Les hauts-fourneaux étaient considérés comme des repoussoirs et il n’y avait pas de vision consensuelle sur leur avenir post-industriel, à la différence de l’Allemagne. Nous manquions de décideurs visionnaires et volontaristes sur la question du patrimoine sidérurgique», ajoute Emmanuel Graff, auteur de documentaires sur la mémoire industrielle en Lorraine.

Visites animées par d’anciens sidérurgistes

Pourtant, au fil des années, les perceptions changent et le succès est grandissant, servi par une programmation culturelle et musicale de qualité. Les visites guidées, animées par d’anciens sidérurgistes, ainsi que la remarquable mise en lumière du site (la nuit) par l’artiste Claude Lévêque, qui restitue l’ambiance rougeoyante des coulées, contribuent également à inscrire le site dans le paysage mental et touristique de la région.

«En 2018, nous avons accueilli 40.000 visiteurs, chiffre en progression constante”, se réjouit Muriel Pelosato, la responsable du pôle Culture et Patrimoine. Certes, on emploie encore peu le mot «touristes» dans ce secteur du nord de la Lorraine marqué par des décennies de labeur usinier, mais les mentalités évoluent. La région Grand Est a désormais inclus l’U4 dans ses campagnes de promotion touristique. «Il y a un réel élan depuis deux ans», constate Muriel Pelosato. Signe des temps, l’U4 a aujourd’hui les faveurs des blogueurs, des influenceurs et des équipes de tournage qui viennent pour des courts-métrages et des spots publicitaires. «L’U4 s’impose désormais en tant qu’objet artistique et esthétique.»

«Les pulsations de ce qui fut un organisme vivant, traversé par le feu et la chaleur, qui a marqué les corps et les sols de son empreinte, sont encore bien perceptibles.» Nicolas Mathieu, prix Goncourt 2018

Il est vrai que la vision de ce colosse s’imprime de manière indélébile dans la mémoire. À quelques dizaines de mètres de la route et de la voie ferrée, au cœur de la ville, ce vaisseau de rouille domine tout l’horizon du haut de ses 71 m. L’aspect photogénique de ce cyclope silencieux cerné de tubes, de poutrelles et de cheminées, est incontestable.

À l’intérieur, on imagine facilement le quotidien des fondeurs, notamment les coulées, la phase la plus spectaculaire du travail sidérurgique, lorsqu’un torrent de fonte à 1450°C jaillit du ventre du haut-fourneau, comme un feu d’artifice, avec d’immenses gerbes d’étincelles, dans un vacarme effroyable. Pour Nicolas Mathieu, «les pulsations de ce qui fut un organisme vivant, traversé par le feu et la chaleur, qui a marqué les corps et les sols de son empreinte, sont encore bien perceptibles.»

Haut-fourneau U4 d’Uckange

À seulement 7 km de l’U4, plus en amont dans la vallée, se dressent deux autres emblèmes du monde sidérurgique: les hauts-fourneaux d’Arcelor Mittal à Hayange, aujourd’hui définitivement à l’arrêt. Si l’U4 a échappé à la démolition, la question du devenir de ces deux monstres de métal est dans toutes les têtes. Sauvegarde ou démantèlement? Le sujet, éminemment passionnel, est encore tabou en Lorraine. «Les abattre, ce serait comme brûler un musée», se désole Nicolas Mathieu.

PRATIQUE

• Invité de l’association Des Mots & Débats, Nicolas Mathieu sera présent le 28 juin au parc du haut-fourneau U4 à Uckange (Moselle). Ouverture des portes à 19h. Au programme: lecture publique, débats avec un documentariste et un ancien sidérurgiste, et animations musicales. Réservation conseillée: associationdesmotsetdebats@gmail.com

• Programme des visites du haut-fourneau, actualités culturelles et informations pratiques sur www.hf-u4.com

• Films documentaires sur l’U4: www.egraff.com

Jean-Bernard Carillet
48 vues