Revue de presse : après 500 ans, le haut-fourneau de Marsolle renaît

http://www.lavenir.net/cnt/dmf20150708_00674798

Le passé sidérurgique sort de terre.

Le haut-fourneau de Marsolle, qui date du XVIe siècle, réapparaît sur le domaine provincial, à Mirwart (Saint-Hubert).

C’est le résultat d’un travail de recherches et de fouilles de plusieurs années, entrepris par Jean-Pol Weber, qui permet aujourd’hui d’admirer le haut-fourneau de Marsolle, situé au cœur de la forêt du domaine provincial de Mirwart (Saint-Hubert). Une vie riche d’un passé sidérurgique sur nos terres de Wallonie il y a plus de 500 ans!

Comme le raconte très bien Jean-Pol Weber, si actuellement, les hauts-fourneaux de charbon se trouvent sur les terres du sillon Sambre et Meuse, autrefois, on utilisait du charbon de bois et les hauts-fourneaux se trouvaient aussi dans la forêt.

La passion et la perspicacité de Jean-Pol Weber, la volonté des autorités provinciales et le savoir-faire de tous les ouvriers du domaine ont permis de sortir de terre et d’exposer au grand jour le haut-fourneau de Marsolle. En phase d’achèvement, il sera inauguré au printemps prochain.

Un endroit magique au riche passé industriel et humain

Pour la petite histoire relatée par Jean-Pol Weber, aux XIVe et XVes siècles déjà, en région liégeoise et en Gaume, les Wallons furent à l’origine d’une nouvelle méthode de réduction du minerai de fer. Dans le bassin de la Lesse, c’est un peu plus tard que les premiers hauts-fourneaux se sont installés: Lamsoul, Grupont et Bande et celui de Marsolle qui à l’époque fait figure de pionnier dans la région.

Capture_decran_2015-07-11_12.12.28

Encore quelques aménagements et le haut-fourneau de Marsolle pourra être visité dès l’an prochain, 500 ans après sa naissance.-ÉdA

C’est en 1537 que le maître de l’importante seigneurie luxembourgeoise de Mirwart fit bâtir, au pied de son château, une forge d’affinage qui fut jumelée avec le haut-fourneau de Marsolle, qui se trouve installé à quelque 3 kilomètres en amont, sur un affluent, le Marsau. Devant être surveillé et approvisionné en continu, le fourneau attirera autour de lui, un habitat ouvrier, complété de bâtiments industriels. Ce fut le complexe sidérurgique de Marsolle, qui toutefois ne restera en activité qu’une trentaine d’années.

C’est également une trentaine d’années qu’il aura fallu à Jean-Pol Weber, aidé ensuite dans ses fouilles par de nombreux stagiaires issus de l’institut des cadres de Mirwart à l’époque et les agents du domaine provincial, pour faire ressurgir de terre, ce passé industriel sidérurgique de Marsolle.

« Un site exceptionnel »

http://www.lavenir.net/cnt/DMF20150708_00674797

«Ce haut-fourneau nous renvoie à un passé sidérurgique et économique essentiel, commente Thérèse Mahy, députée provinciale.

Mon objectif est de faire connaître ce site exceptionnel et magique et à travers lui, faire découvrir le travail rude des femmes et des hommes au cœur de notre forêt au XVIe siècle. La demande touristique est de plus en plus exigeante. Durant l’été 2016, je compte organiser une série d’événements autour du haut-fourneau pour lui donner vie et éclat, faire ressurgir notre riche passé industriel. Je souligne le travail exemplaire des Services provinciaux qui ont réalisé l’entière restauration du site».

578 vues