Les soldats du pont Carol 1er à Cernavoda (Roumanie) (mise à jour)

Voyageant par le train de Bucarest à Constanza, la traversée du Danube entre Feteşti et Cernavodă est un grand moment : le fleuve immense fait un coude pour se diriger vers le nord et son delta. La voie ferrée (et la route) filent directement vers l’Est et la Mer Noire. Le pont Carol 1er a été doublé par un ouvrage plus moderne, mais il reste un monument de l’histoire des techniques.

En 1885, comme d’habitude, quand il était question de grands travaux publics, le Gouvernement roumain a organisé un concours international pour le projet d’un pont de voie ferrée sur le Danube, à Cernavodă. Mécontente des offres présentées par les firmes étrangères, la Commission d’adjudication des offres, formée par des spécialistes roumains et étrangers, tout comme la Direction générale des Voies Ferrées Roumaines (CFR) prennent la décision de confier le difficile travail à l’ingénieur roumain, d’origine française,  Anghel Saligny (1854-1925) et à ses collaborateurs.

Seulement cinq ans après les débuts des travaux, le 14 septembre 1895, en présence du roi et d’une nombreuse et enthousiaste assistance, était inauguré le système de ponts de voie ferrée qui traverse le Danube entre Feteşti et Cernavodă, projeté et construit sous la coordination d’Anghel Saligny et portant le nom du roi Carol I.

Le système comprend deux ponts principaux, avec des ouvertures entre 140 et 190 mètres et avec une hauteur libre de 30 mètres.

Le pont de Cernavodă a été, à l’époque, le plus long pont d’Europe et un des principaux pont métalliques à grande ouverture au monde, ayant un ouverture de 4 088 m entre la rive gauche et celle droite de la vallée du Danube.

Le pont est gardé par des soldats de fonte qui montent la garde depuis 1895. On ne peut les manquer : plus de 5 mètres de haut, ce sont des dorobanţii, soldats roumains. Comme les armoiries qui ornent les piliers, la création est signée du sculpteur français Léon Pilet (1836-1916). C’est l’ambassade de France qui est à l’origine de ces ornements, voulant faire un don en l’honneur de la Roumanie et du roi Carol 1er (Charles 1er). D’après l’ouvrage de Ioana Beldiman – French sculpture in Romania 1848-1931, 2005, les sculptures sont en fonte : leurs dimensions sont bien à la proportion du pont : 5, 360 m x 3,1 m x 1 6 m. Le fondeur est désormais attesté : Durenne à Sommevoire (mise à jour du 9 juillet 2018) : voir  la fiche de e-monumen.net.

L. Pilet a fait d’abord cinq maquettes ; le roi a choisi le modèle en place. L’inauguration a eu lieu en du 14 au 26 septembre 1895. Le soldat tourné vers le nord porte la signature de l’auteur et la date de réalisation.


Nous remercions Radu Oltean pour ses informations, l’iconographie qu’il nous a communiquée et nous vous invitons à vous rendre sur son blog consacré à l’histoire de la Roumanie.

http://art-historia.blogspot.com/

Voir ces pages :

Sur la statue de Michel le Brave (Carrier-Belleuse et le Val d’Osne) : textes en roumain et nombreuses images

http://art-historia.blogspot.com/2008/06/statuia-lui-mihai-viteazu-bucuresti.html

Sur le pont de Cernavoda

http://art-historia.blogspot.com/2008/08/podul-de-la-cernavoda.html

Pour les fontes roumaines que nous avons mises dans notre base de données : https://e-monumen.net/mots-cles/roumanie/

735 vues