Important vol de fontes religieuses au Canada (Trois-Rivières – Québec)

Vols d’imposantes statues dans un cimetière de Trois-Rivières – Charel Traversy | TVA Nouvelles  | Publié le – Mis à jour

copie d’écran de l’annonce du vol

Des voleurs aussi audacieux que mal avisés ont dérobé deux imposantes statues irremplaçables qui n’ont toutefois guère de valeur monétaire au cimetière Saint-Michel, à Trois-Rivières, probablement dans la nuit de dimanche à lundi.

Installées dans le cimetière en 1965, les statues de plus de 200 lb provenant de France ont donné du fil à retordre aux voleurs, eux qui ont dû scinder les vis les retenant à l’aide d’une meule.

Ils ont eu le temps d’en emporter deux avant, possiblement, d’être dérangés et de décamper, comme le suggèrent des marques de découpe sur les vis d’une troisième statue.

Or, si les malfaiteurs espéraient réussir un grand coup en dérobant ces pièces d’art, ils seront probablement déçus. «Les voleurs pensaient que c’était du bronze, mais c’est de la fonte. La fonte se vend 10 cents la livre. Ils n’auront rien, peut-être 50 ou 60 $», a expliqué le responsable du cimetière, Martin Bédard.

Il s’agit toutefois d’une mince consolation pour M. Bédard. «C’est un manque de respect. Je ne peux pas croire qu’en 2019, on est rendu à voler des statues», a-t-il dénoncé. Ces statues ont une grande symbolique pour le cimetière St-Michel. Elle marque l’année de la construction du mausolée des Évêques-de-Trois-Rivières. Les deux pièces d’art sont malheureusement irremplaçables. «Aujourd’hui, avoir des statues identiques en fonte, c’est impossible. Il n’y’a plus de moule pour construire ça. C’est l’histoire du cimetière et ils sont partis avec», a déploré M. Bédard.

La police de Trois-Rivières a ouvert une enquête. Des techniciens en identité judiciaire se sont rendus sur les lieux. Pour sa part, Martin Bédard lance un appel aux ferrailleurs et leur demande d’ouvrir l’oeil.


Autre article : https://www.msn.com/fr-ca/actualites/faits-divers/«voler-dans-un-cimetière-cest-irrespectueux»/ar-AABo8eb

Le calvaire du cimetière Saint-Michel à Trois-Rivières a été dépouillé de deux de ses quatre statues. En effet, ces imposantes représentations de la Sainte Vierge et de l’apôtre saint Jean ont été volées dans la nuit de dimanche à lundi semant la consternation. (…)

Le Christ en croix a été épargné, mais Marie-Madeleine l’a échappé belle. En effet, les voleurs ont réussi à enlever une des vis qui la retenait au sol. Peut-être ont-ils été dérangés, mais ils n’ont pas poursuivi plus loin leur tentative de voler cette troisième statue. (…)

Ces statues provenaient de France. «On ne pourra jamais ravoir des statues comme celles-là. Elles ont été fabriquées en France. Il n’y a pas de moule pour ça», déplore le responsable du cimetière. «On souhaite que les policiers arrivent à les localiser. C’est dispendieux de refaire des œuvres comme celles-là aujourd’hui», indique Mme Charron.

Et ce n’est pas la fermeture des églises qui va permettre d’en dénicher. «On n’en retrouve nulle part. Il y a beau avoir des fermetures d’églises, leurs statues sont en plâtre, on ne peut pas les mettre à l’extérieur», explique M. Bédard.

Le calvaire, qui a été installé en 1968, était situé près du mausolée des Évêques-de-Trois-Rivières, qui est classé immeuble patrimonial. Le calvaire est d’ailleurs visible à travers une percée de la structure.

Ce n’est pas la première fois que des œuvres religieuses font l’objet de la convoitise de voleurs en raison de la valeur de leur métal. En 2015, la cloche de l’église de Batiscan, qui avait été coulée en 1770 sous le régime anglais, avait été dérobée. C’était la plus ancienne de la région. Elle faisait partie du monument commémoratif du tricentenaire en pierre en face du presbytère. Autre exemple, la statue du fondateur des Pères Montfortains qui avait été subtilisée à Nicolet en 2011. La statue de bronze haute de 6 pieds avait été retrouvée chez un ferrailleur de Trois-Rivières. C’est sans compter la disparition de diverses plaques de bronze.

L’administration du cimetière va faire installer des caméras pour éviter qu’un tel délit se répète. Quant à M. Bédard, il lance un appel aux ferrailleurs. Si jamais ces statues se retrouvent dans leur cour, il leur demande de contacter immédiatement la Direction de la police de Trois-Rivières. Il espère de tout cœur qu’il sera possible de les récupérer. En attendant, il va faire appel à saint Antoine. «Il nous reste seulement à prier», conclut-il.

NDLR : nous n’avons pas plus d’images ni de précisions sur les statues volées, leur origine. Ajoutons qu’il est possible de refaire des statues de ce type, contrairement à ce qu’affirme le responsable du cimetière.

Par analogie avec un autre calvaire, il semble que ces statues viennent de l’Union artistique de Vaucouleurs ; voir cette fiche:

http://www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca/rpcq/detail.do?methode=consulter&id=167649&type=bien#.XNwSVC_M3OR

169 vues