A lire : La ronde des bêtes. Le moteur animal et la fabrique de la Modernité

  • La ronde des bêtes. Le moteur animal et la fabrique de la Modernité, Paris, la Découverte, 2023.

François Jarrige (1978-) est un historien français enseignant en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne. Agrégé et docteur en histoire de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ses travaux explorent l’histoire des mondes du travail, des techniques et de l’industrialisation à l’aune des enjeux sociaux et écologiques. Sa bibliographie est impressionnante et pour qui s’intéresse à la révolution industrielle, à l’évolution des technologies (et à leur rapport avec l’environnement, la société – et pas qu’au XIXe siècle), il faut lire Jarrige !

Son dernier livre, unanimement salué sur la ronde des bêtes, l’utilisation de l’animal comme machine dans l’industrie, l’artisanat avant que la machine à vapeur ait supplanté ce recours au cheval, au mulet, au chien dans les mines, les usines, l’artisanat, le transport.

carte postale : Joinville avec deux charrettes : un avec cheval et l’autre avec deux chiens.
Publicité parue en 1902 : Dupuis à Montier-en-Der : trépigneuse

Par coïncidence, la lecture de ce livre s’est téléscopée avec deux images issues de recherches iconographiques de l’ASPM. Il y a en a certainement de nombreuses autres. Dans l’industrie métallurgique, le cheval a été remplacé par la vapeur (on parle d’ailleurs – et ce n’est pas par hasard – d’une unité de mesure : le cheval-vapeur) sauf pour quelques manutentions périphériques où le « coucou » n’est pas utile. Dans le monde agricole et plus généralement rural, la ronde des bêtes a duré longtemps. A-t-elle seulement disparu ?

Définition et histoire de la trépignes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tr%C3%A9pigneuse

Loading

91 vues