Saint-Michel au Mont-Saint-Michel

Opération spectaculaire le lundi 15 février 2016 qui verra la dépose de la statue de l’archange saint Michel du sommet de l’abbaye du Mont-Saint-Michel

Statue_de_Saint-Michel,_Mont-Saint-Michel

2015 a vu l’achèvement de plusieurs opérations de restauration et d’aménagement menées et financées par le CMN depuis deux ans pour un montant global de près de 7 millions d’euros. De 2013 à 2015, les couvertures de l’abbaye et de la Tour Gabriel ont été restaurées. Après réfection, un nouvel espace accueil-billetterie ainsi qu’une nouvelle boutique ont été aménagés respectivement dans l’aumônerie et le cellier. Enfin, les vitraux de l’église abbatiale ont été restaurés entre septembre 2014 et septembre 2015.

L’année 2016 sera marquée par de nouvelles opérations dont en premier lieu, la mise en conformité du dispositif paratonnerre de l’abbaye et par la même occasion, la restauration de l’archange saint Michel.

La dépose aura lieu le lundi 15 février 2016, à une heure à préciser, en fonction des conditions météorologiques. Cette opération, d’un montant de 450 000€, consiste à remettre aux normes l’ensemble du dispositif paratonnerre de l’abbaye et comprend le renforcement des parafoudres, des ouvrages annexes en maçonnerie et des couvertures. Les appareils et le réseau électrique présents dans l’emprise des ouvrages seront revus.

Le chantier permet également de restaurer la statue de l’archange qui a fortement souffert de la foudre et des intempéries. A cette fin, un échafaudage a été mis en place en janvier 2016. L’enlèvement de la statue en cuivre dorée de 4,5 mètres de haut et de 410 kg se fera par hélitreuillage et elle devrait être replacée par le même procédé autour du 22 avril.

L’archange sera transporté par camion de Pontorson à Périgueux (Dordogne) et entreposé dans les ateliers SOCRA pour restauration. Des prélèvements et analyses seront effectués, en lien avec le LRMH (Laboratoire de Recherche sur les Monuments Historiques) afin de comprendre les causes de la dégradation rapide de la dorure, depuis sa dernière restauration en 1987.

De plus, la sculpture a été endommagée par des impacts de foudre, notamment au niveau de la pointe de l’épée qui sert de parafoudre. Elle sera restaurée avec notamment la mise en place de compléments en cuivre. Elle sera enfin redorée par l’entreprise Gohard grâce à un protocole d’intervention établi par le LRMH.

L’archange saint Michel, une oeuvre d’Emmanuel Frémiet

En 1894, Emmanuel Frémiet – un des rares artistes ayant travaillé avec Viollet le-Duc au château de Pierrefonds – est choisi pour réaliser la statue couronnant la flèche de l’abbaye du Mont-Saint-Michel.

L’architecte Victor Petitgrand lui demande de réaliser un modèle en plâtre grandeur nature (collection du Musée de Dijon en dépôt à l’Abbaye depuis 1987) à partir d’une statuette en bronze réalisée en 1879 et éditée en de nombreux exemplaires pour le commerce.

La lettre d’engagement adressée par le sculpteur à l’architecte le 9 avril 1895 précise « Je […] m’oblige et m’engage à exécuter le modèle en plâtre d’une statue de saint Michel, de 2 à 2m20 de hauteur (non compris les ailes…) ».

Le modèle diffère très légèrement de la statuette de 1879. Il représente saint Michel terrassant avec une épée un dragon représentant le mal.

Il sera payé à Emmanuel Frémiet la somme de 8 000 francs en mars 1896.

Le 6 août 1897, les pièces constituant la statue de l’archange sont montées et assemblées par les ouvriers de Philippe Monduit au sommet de la flèche de l’abbaye construite par le charpentier Crepaux.

L’archange en quelques chiffres

  • Dimensions : 617 x 260 x 120 cm (socle compris).
  • Avec les ailes, l’archange mesure 4.5 mètres de haut.
  • Poids : 410 kg
  • L’archange est perché à 156 mètres de haut.

En savoir plus sur Mont-Saint-Michel et le Centre des monuments nationaux

29 vues