Revue de presse : la Tribune de l’Art et les bronzes de Poitiers…

Des « restaurations » décapantes à Poitiers

 Lire l’article du 23 février et voir les photos sur le site  http://www.latribunedelart.com/des-a-restaurations-a-decapantes-a-poitiers-article003572.html

Stupéfaits par le traitement infligé le 21 février au monument aux morts en bronze du square de la République (appelé aussi square Magenta) à Poitiers (ill. 1), plusieurs lecteurs nous ont immédiatement informé des dégâts . Les photos en témoignent : une grande partie de la patine de la sculpture de Jules Coutan, lauréat du Prix de Rome de 1872, une œuvre par ailleurs de grande qualité, a été totalement abrasée (ill. 2 à 5). Une opération dramatique pour cette œuvre : la patine est issue d’un traitement voulu par l’artiste, nécessaire à la protection du métal, et qui donne aux fontes le bel aspect qu’on leur connaît. Désormais soumis aux intempéries, le monument est gravement endommagé et totalement dénaturé.

La municipalité de Poitiers, que nous avons interrogée, a répondu par un communiqué de presse où elle reconnaît son erreur – ce qui est déjà une chose, mais en donnant une explication absolument irrecevable que nous reproduisons ici en intégralité : « Dans le cadre du nettoiement de la statue du Monument aux Morts de la guerre de 1870 -1871 située au Square de la République, la Ville de Poitiers a réalisé ces dernières semaines plusieurs tests avec différentes méthodes et produits qui se sont avérés trop agressifs et pas assez écologiques.
Après ces tests non-concluants, la Ville de Poitiers a choisi la méthode d’hydrogommage basse pression qui paraissait la plus adéquate. De plus cette méthode s’avérait plus écologique.
Cette erreur d’appréciation a entrainé l’endommagement de la patine du Monument, la Ville de Poitiers met actuellement tout en œuvre pour la restaurer au plus vite.
 »

Didier Ryckner pointe également du doigt le massacre de la place et  des aménagements signés André : 

(…) Mais les dégâts subis – involontairement selon la mairie – n’est que la suite de ceux, délibérés cette fois, qu’a subi le square de la République (décidément, la République est en danger, à Poitiers comme à Paris – voir notre article) : la destruction sauvage des grilles du XIXe siècle qui entouraient le square (ill. 10 à 12), et dont la conception était due à Edouard André, le célèbre paysagiste auteur notamment du parc du casino de Monte Carlo.


La mairie a envoyé une réponse :  http://www.latribunedelart.com/droit-de-reponse-sur-l-article-i-des-a-restaurations-a-decapantes-a-poitiers-i-article003578.html

et la Tribune de l’Art  a répondu à cette réponse :  http://www.latribunedelart.com/reponse-au-droit-de-reponse-de-la-mairie-de-poitiers-article003577.html

Notre propre commentaire : Tout cela pour une place banale, propre sur elle et sans personnalité

Projet_Lion

Le projet pour le square de la République à Poitiers
Atelier Lion, cabinet d’architecte

675 vues