Revue de presse

A Domfront en Poiraie, la folle aventure de la statue de Diane de Gabies  

La statue de Diane de Gabies est une réplique grandeur nature du prototype d’une statue grecque. Elle a été offerte à la Ville en 1892.

Parmi les nombreux dons reçus par la Ville de Domfront en Poiraie (Orne), la statue de Diane de Gabies occupe une place de choix, en côté de l’Hôtel de Ville, place de la Roirie. Elle suscite l’admiration des amateurs d’œuvres d’art et la curiosité des personnes qui viennent pour la première fois dans la cité médiévale.

Sur cette commune, voir ici sur notre base e-monumen https://e-monumen.net/mots-cles/domfront/$

Karine Lair, agent du patrimoine, s’est intéressée à son histoire.

Notre statue de Diane de Gabies ou Artémis de Gabies est une réplique grandeur nature du prototype d’une statue grecque attribuée à Praxitèle, peut-être s’agissait-il de l’Artémis Brauronia d’Athènes qui était érigée sur l’Acropole d’Athènes vers le IVe siècle av. J.-C., aux environs de 330 av. J.-C.

Karine Lair, agent du patrimoine à Domfront

Une réplique grandeur nature

Dans la mythologie, la déesse Artémis pour les Grecs ou Diane pour les Romains est la déesse de la chasse, de la lune et de la nature. « L’œuvre originale, en marbre de Paros, a été découverte en 1792 sur les ruines de Gabies qui est une ancienne ville du Latium, à 20 km à l’Est de Rome. Elle aurait été fondée par Albe-la-Longue ou par les Sicules, au Nord de l’Italie, poursuit Karine. Ce chef d’œuvre a appartenu à la collection Borghèse jusqu’en 1807, date à laquelle il a ensuite été acquis par Napoléon. Il appartient aujourd’hui au Musée du Louvre à Paris ».

Un don d’Albert Christophle

L’arrivée de la réplique de la statue de Diane de Gabies à Domfront remonte à 1892. Elle a été offerte à la Ville par Albert Christophle, natif de Domfront (1830), avocat qui a été ancien ministre sous Mac Mahon, député de l’Orne de la 1re circonscription, maire de Tessé-la-Madeleine (1894-1904), créateur du quartier Belle-Epoque.

Membre de la société La Pomme, Albert Christophle avait la fibre littéraire et artistique et avait demandé que des œuvres figurent dans les églises et lieux publics. Cette statue a pu servir de décor urbain ou de faire-valoir de son influence. On ne sait pas si c’était une commande ou une statue qu’on lui a offerte et qu’il décide d’offrir à la Ville. »

Karine Lair

Déplacée pour le Général de Gaulle

En leur temps, des amateurs d’histoire locale, Michel Poussier et Fernand Derouet lui avaient consacré quelques lignes dans un livret édité pour les Journées du patrimoine. « La statue de la Diane de Gabies fabriquée en fonte de fer dans la Fonderie Val d’Osne, surmontait une fontaine située au centre de la place de la Liberté (entre le tribunal et le Palais d’Odin). En 1920, elle est transférée place de la Roirie (place de la mairie) pour permettre l’installation du monument aux morts ».

Les élus de l’époque ont fait de la place parce qu’ils croyaient que le discours du Général de Gaulle allait être prononcé sur la place de la mairie, mais finalement il l’a fait au pied de la tour d’Alençon. »

Karine Lair

La statue est entreposée jusqu’en 1967 puis réapparait pour être installée square Wilfrid-Lévêque. Elle est en mauvais état et sa restauration est décidée avant son implantation actuelle, à côté de la mairie, dans les années 2000. La fontaine qui lui servait de support n’est, quant à elle, jamais réapparue suscitant le questionnement de certains Domfrontais qui insinuent qu’elle n’est pas perdue pour tout le monde… 

source : Nathalie Guérin


Article ici :

https://actu.fr/normandie/domfront-en-poiraie_61145/a-domfront-en-poiraie-la-folle-aventure-de-la-statue-de-diane-de-gabies_55938870.html

Sur la statue, fiche (ancienne à réactualiser) :  https://e-monumen.net/patrimoine-monumental/fontaine-diane-de-gabies-domfront/

Domfront a également un monument aux morts en fonte signé Benet-Durenne.
(fiche en ligne).
 
 
83 vues