Patrimoine funéraire mis à mal…

Nous avons reçu ce message en mars : indignation de notre correspondant : qu’on en juge !

Comment effacer le petit patrimoine local

A Cherré en Anjou, suite à la réalisation de la route stratégique n°24 en 1834 qui devait couper le grand cimetière en deux celui-ci a été déplacé et le petit cimetière se trouvant au pied de l’église a été supprimé.

Dans la chapelle de ce nouveau cimetière, ont été inhumés les curés de la paroisse :

  • François Pineau, décédé 27 janvier 1818.
  • Joseph Guiter, clerc décédé le 14 novembre 1829.
  • Joseph Gaultier, décédé le

    2 juin 1839.
  • Jean Mercerolle, décédé le 3 avril 1895.
  • Joseph Humeau, décédé le11 mai 1917.

En mauvais état, la chapelle nécessitait une compète rénovation.

Après de nombreuses interventions auprès de la municipalité, celle-ci a entrepris les travaux en 2020. Il a été demandé de conserver les deux grilles en fonte de la porte d’origine. Celle-ci possède deux remarquables panneaux en fonte dont il n’a pas été possible de déterminer le fondeur qui les a fabriqués mais se rapprochent fortement d’un modèle des fonderies Salin (Meuse) modèle n°118. La municipalité n’a pas tenu compte de cette demande.

La porte a été remplacée par modèle standard de style XXIème siècle avec vitrage en verre martelé avec grille métallique d’un mauvais goût. L’encadrement (dormant) ne correspond plus au style d’origine. Les 2 panneaux ont disparu. Que sont-ils devenus ? Les moulures du chambranle ont été arrasées.

Pourquoi ne pas avoir pas refait cette porte à l’identique ? Problème de budget ? Une demande de dons aurait pu être proposée pour inciter les habitants à contribuer à sauvegarder leur patrimoine local.

C. Léridon

356 vues