L’ASPM visite les souterrains de Savonnières-en-Perthois

Une dizaine de membres de l’Aspm se sont retrouvés, le 13 décembre, à Savonnières-en-Perthois pour une visite souterraine dans les carrières de pierre de ce village.

L’entrée empruntée est celle située près de l’ancienne gare de la ligne du Naix-Güe.
Dès l’entrée, nous voyons les modifications apportées par l’armée allemande au cours de la guerre 39-45, une porte coulissante en béton avait été installée pour en bloquer l’accès et des emplacements pour des guérites pour recevoir des mitrailleuses. Cette entrée a été aussi recreusée afin de raccorder une voie ferrée et pouvoir rentrer des trains à l’intérieur de cette carrière d’une superficie supérieure à 200 hectares.
Dans le suite de le visite, nous avons vu les aménagements faits pour pouvoir mettre côte à côte 8 rames de wagons. Pour ce faire, les piliers laissés par les carriers pour supporter le plafond ont été supprimés et remplacés par des murs de soutènement pour faire la place aux courbes nécessaires pour faire circuler des trains. Un emplacement a été creusé dans le plafond afin de pouvoir mettre des palans pour décharger les wagons. Ce site devait servir pour l’assemblage des V1 ou de V2.

Environ 4000 personnes ont travaillé dans ces carrières pour les travaux envisagés. Les ouvriers étaient des réquisitionnés du STO et des prisonniers dont certains venaient par le train depuis le camp de Brienne-le-Château, en faisant le trajet matin et soir. Cette construction n’a pas été terminée, heureusement.
La visite nous aussi permis de voir le travail des ouvriers carriers pour faire l’extraction des blocs de pierre, dont certains pouvaient avoir 3,3 m de long et 1,2 x1,2 de section :  ce travail était réalisé à la main. Les traces laissées dans la pierre permettent de voir la façon dont le travail était réalisé à l’aide d’aiguilles en fer qui pouvaient avoir 4,5 m de long et un poids de 50 à 60 kg.

Le décollement des blocs se faisait à l’aide coins en fer dont nous voyons les traces.
Les carrières de Savonnières ont été exploitées depuis la période gallo-romaine jusqu’à nos jours. L’exploitation souterraine a été arrêtée dans les années 70. Il ne reste que de l’exploitation à ciel ouvert, mais dans une moindre mesure .
Les participants ont été très intéressés ;  une visite dans les exploitations à ciel ouvert est envisagée l’an prochain.

Sylvain Roze


Nota : pour avoir des photos supplémentaires et d’autres commentaires, voir les sites suivant les liens suivants :
http://derelicta.pagesperso-orange.fr/savo1.htm
http://tchorski.morkitu.org/3/7127.htm

699 vues