Fontes d’art au Rio Grande do Sul

A propos du livre de José Francisco Alvès

Fontes d’art au Rio Grande do Sul

La parution de cet ouvrage doit être marqué d’une pierre blanche pour de multiples raisons : un ouvrage de plus sur le patrimoine brésilien exceptionnel ne peut qu’accroître notre savoir ; de plus, ce livre est bilingue grâce au travail de Geneviève Rémy et d’Elisabeth Robert-Dehault ; enfin, la qualité éditoriale de l’ouvrage riche de 216 pages, abondamment illustré de magnifiques (et rares) images… tout incite à commande ce livre qui vous parle d’une région du Brésil du sud qui gagne à être connue.

Fontes-dArt_CAPAL’ouvrage est découpé en trois grandes parties : la première fait découvrir comment la France a visité le sud du Brésil, a tenté de s’y installer puis délogée par le Portugal, comment elle a construit des liens culturels qui se prolongent encore aujourd’hui. Cartes, documents anciens aident à situer ce long cheminement qui a permis à la fonte d’art française d’être choisie quand les villes sont entrées dans la modernité.

Cliquez sur toutes les vignettes pour les agrandir…


La seconde  revient sur l’émergence de la fonte d’art, la place des fonderies du Val d’Osne et Durenne.  La troisième partie, la plus intéressante pour des Européens, présente l’histoire des fontes d’art à Porto Allegre, Pelotas et Rio Grande ; d’abord des fontaines (où Durenne a joué un grand rôle), des fontes d’ornement ensuite avec le Val d’Osne comme acteur principal mais pas exclusif. Le lecteur pourra voir des photos d’archives et de superbes clichés récents qui rendent hommage à la qualité du patrimoine.

 

Carrier_belleuse
Palácio Piratini: statue de Carrier- Belleuse (Fonderie Durenne) dans le hall du grand escalier (Photo JFA 2008)
gravure
Baldwin Rhörig: « Vue sur Porto Alegre et images des principaux bâtiments et équipements urbains de la ville » – 1865 – On y voit deux fontaines: celle de gauche est à coup sûr une Durenne, l’autre vraisemblablement. Source: Memorial de Cámara Municipal de Porto Alegre
image_1900
fontaine de Alfândega à Porto Alegre (1865- ca 1900). Photothèque Sioma Breitmann Museu de Porto Alegre

 

 

 

Dans sa conclusion, José Francisco Alves écrit : « Leur arrivée dans l’Etat se situe dans une période marquante dans la vie de ses plus grandes villes au XIXe siècle, avec le début de la mise en place des premiers services publics, surtout celui de la distribution d’eau potable. Ces pièces ont également été les premiers équipements urbains qui font partie du domaine que l’on connaît aujourd’hui sous le vaste terme d’art public, car au-delà des équipements fonctionnels, stricto sensu, ils ont mis l’art à la portée de la population avec pour objectif d’embellir l’espace public, ce qui n’existait pas jusqu’alors en province. ».

Les fontaines ont été installées par des entreprises privées fournissant l’eau : avec la mise en place d’autres circuits de distribution d’eau, elles sont devenues « inutiles ». « La plupart d’entre elles furent ignorées par les villes, ne recevant pas l’entretien nécessaire pour leur attribution décorative – l’eau qui jaillit – malgré le fait d’être situées dans des lieux importants… » Entre 1860 et 1870, douze grandes fontaines ont été installées à Rio Grande, Pelotas, Porto Alegre, toutes fournies par Durenne : pourquoi ? Est-ce l’entregent d’un intermédiaire commercial ? L’auteur penche plutôt pour des liens entre l’entreprise faisant le réseau d’eau de Porto Alegre (qui aurait été française mais inconnue) et le fondeur, les autres villes suivant le mouvement et imitant cette référence.

Si les fontaines ont subi les outrages du temps, ont disparu pour certaines, le vent a tourné : « actuellement, grâce à la valorisation en hausse de ce genre de patrimoine culturel et artistique dans certaines localités, les fontaines françaises en fonte sont restaurées et reçoivent l’attention des autorités publiques en ce qui concerne leur conservation et leur fonctionnement. (…) Pourtant,, et malheureusement la reconnaissance de ces oeuvres n’est pas complètement assimilée par une partie importante des administrations publiques, une situation qui tend à s’améliorer grâce au travail grandissant de l’ASPM pour la divulgation de ce patrimoine ».

Ce livre est, dans le combat pour la reconnaissance et la valorisation, un outil important. De ce côté de l’Atlantique, il est aussi fondamental pour notre action…

Dominique Perchet (extrait de l’article paru dans Fontes n°75 fin février 2010)

Jornal_Comercio_18-01-2010

Aspectos dos chafarizes e estátuas de ferro fundido, produtos da arte metalúrgica francesa do séc. XIX.

O livro registra – a história das relações França-Brasil, desde 1504 até 2009; as características e os contextos da produção cultural das Fontes D’Art (termo francês para as peças artísticas em ferro fundido), na França e na América Latina; e a presença dessas obras de arte, desde 1865, em espaços públicos do Rio Grande do Sul – em Porto Alegre, Rio Grande e Pelotas. Além disso, apresenta cerca de 310 imagens em cores, com ilustrações (mapas, postais, gravuras), fotografias e fac-símiles de desenhos em catálogos das fundições francesas do séc. XIX.

ISBN: 8599012037
ISBN-13: 9788599012031
Livre en portugais et français
1ere édition – 2009

Ce livre peut être commandé en toute sécurité par Internet sur le site de Livraria Cultura Etidora Ltda : à titre d’exemple, nous en avons commandé deux (avec port express) qui sont arrivés dans un délai de 10 jours pour 147 euros environ, frais de change et paiement par carte inclus.

www.livrariacultura.com.fr  Mettre « Fontes D’art No/au Rio Grande Do Sul » dans le formulaire de recherche.

1 246 vues