Eloge funèbre de Mathurin Moreau

Vous pouvez lire en ligne sur Gallica.fr l’éloge funèbre de Mathurin Moreau  dans les mémoires de l’Académie des Arts et Belles Lettres de Dijon :

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k408155x.image.r=moreau.f101.hlm

Moreau Comme souvent, sa contribution à la fonte d’art n’est pas mentionnée. On rapprochera cette omission à ce qu’on pouvait lire à propos de Méliès : le metteur en scène avait sollicité les acteurs du théâtre pour jouer dans ses films ; mais à l’époque, seul le théâtre était un art noble. Pas question de jouer chez un saltimbanque, ou alors, avec un pseudonyme si on avait besoin d’argent. Remplacez théâtre par bronze ou marbre, cinéma par fonte de fer, saltimbanque par fondeur de fer…

 

 

725 vues