Dossier : haut-fourneau au coke, à l’électricité, à l’hydrogène ? le cas anglais

“Dans le cadre de la lutte contre les désordres climatiques, les hauts-fourneaux sont “bien” placés pour leurs émission de CO2.

D’où des recherches pour abandonner la filière charbon. Ce qui ne va pas sans poser de problèmes. Ces articles décrivent les intentions des sidérurgistes en Angleterre (tous chinois)  et les réactions provoqués notamment au niveau de l’emploi, mais pas seulement car entre l’électricité et l’hydrogène, les avantages et inconvénients sont discutés.


 

British Steel veut remplacer ses hauts fourneaux, craintes pour les emplois

Agence France-Presse –  6 novembre 2023

Le groupe dit vouloir installer « deux fours à arc électrique – le premier à son siège social à Scunthorpe, le second à son site de fabrication » dans la région du Teesside (nord-est), dans le cadre d’un plan d’investissement de 1,25 milliard de livres (1,44 milliard d’euros), a annoncé la société dans un communiqué.

« Les nouveaux fours pourraient être opérationnels d’ici fin 2025 et remplaceraient les installations sidérurgiques vieillissantes de Scunthorpe, responsables de la grande majorité des émissions de CO2 de l’entreprise », fait valoir British Steel, qui « propose de maintenir les opérations actuelles » dans l’intervalle.

La direction « a entamé des négociations préliminaires avec les syndicats (…) et a promis de soutenir les salariés concernés », a précisé le groupe, sans chiffrer le nombre de ces employés. La presse britannique évoque depuis plusieurs semaines jusqu’à 2.000 suppressions d’emplois.

Jingye « a déjà investi 330 millions de livres dans British Steel en seulement 3 ans et s’engage à réaliser l’investissement sans précédent qu’exigent nos propositions », a fait valoir Xijun Cao, PDG de British Steel.

Ancien fleuron britannique, en difficultés depuis des années, British Steel avait été sauvé de la faillite par Jingye en 2020.

En février, le groupe, second producteur d’acier britannique qui emploie environ 4.500 personnes au Royaume-Uni, avait annoncé la fermeture de ses fours à coke et la suppression de jusqu’à 260 postes à Scunthorpe.

Le syndicat GMB a dit lundi à l’AFP être « profondément préoccupé » par l’annonce de lundi, « nouveau coup dur pour l’acier britannique » avec « des pertes d’emplois potentielles (…) dévastatrices pour les habitants de Scunthorpe ».

« Les hauts fourneaux vieillissants doivent être remplacés et modernisés pour produire de l’acier plus écologique », mais « si les fours à arc électrique jouent un rôle dans le recyclage de l’acier » leur production est plus limitée que celle de fours à hydrogène, estime de son côté Simon Cran-McGreehin, du groupe de réflexion Energy and Climate Intelligence Unit (ECIU).

« Comme nous le constatons dans des pays comme la Suède et l’Allemagne, les fours à hydrogène peuvent produire une plus grande variété d’acier pour les fabricants britanniques et garantir davantage d’emplois », affirme M. Cran-McGreehin.

Les propositions sont toutefois « soumises à un soutien approprié du gouvernement britannique », a précisé lundi British Steel.

« Nous avons proposé un généreux programme de soutien comprenant plus de 300 millions de livres sterling d’investissement à British Steel », a indiqué lundi le gouvernement dans une déclaration à l’AFP, disant vouloir « garantir un avenir durable et compétitif au secteur et à ses travailleurs ».

Mais selon plusieurs organes de presse britannique, British Steel négocierait un soutien de l’ordre de 500 millions de livres, soit autant que son rival Tata Steel.

Londres avait en effet annoncé en septembre qu’il investirait jusqu’à 500 millions de livres pour rendre l’usine de Tata Steel au Pays de Galles moins polluante et assurer sa pérennité mais quelque 3.000 licenciements étaient aussi évoqués.

Selon le syndicat Community Union, le choix de Tata et de British Steel de se focaliser sur les fours à arc électrique « laisserait le Royaume-Uni incapable de fabriquer de l’acier à partir de matières premières et l’exposerait dangereusement aux marchés internationaux ». Un haut fourneau traditionnel peut produire de l’acier à partir de minerai, tandis qu’un four à arc électrique est essentiellement alimenté par de la ferraille.”


British Steel a annoncé qu’elle prévoyait de fermer ses hauts-fourneaux à Scunthorpe, mettant ainsi en péril jusqu’à 2 000 emplois.

“L’entreprise,  propriété chinoise, souhaite les remplacer par deux fours à arc électrique (EAF), un à Scunthorpe et un à Teesside. Si cela est approuvé, cela marquera le retour de la sidérurgie à Teeside depuis la fermeture des aciéries de Redcar en 2015.

British Steel a déclaré qu’elle visait à transformer l’entreprise en une société « verte et durable » et qu’elle devait examiner différentes solutions pour y parvenir. Les syndicats craignent que cette décision ne provoque la perte de 1 500 à 2 000 emplois, principalement à Scunthorpe.

Le département des affaires et du commerce déclare que ces propositions font partie d’un plan visant à rendre l’industrie sidérurgique britannique plus verte et plus durable pour l’avenir.

L’industrie sidérurgique britannique est soumise à une énorme pression en raison de la hausse des coûts énergétiques et de la concurrence de l’acier bon marché produit en Chine et ailleurs.

Un soutien financier, estimé entre 300 et 500 millions de livres sterling, similaire à celui convenu avec les concurrents de Tata Steel, fait l’objet de négociations depuis plusieurs mois.

Le directeur général de British Steel, Xijun Cao, a déclaré : « Nous avons largement travaillé avec le secteur public et privé pour comprendre la faisabilité de produire de l’acier à bilan carbone neutre avec nos hauts-fourneaux actuels. Cependant, une analyse approfondie montre que cela n’est pas viable.

« Des études détaillées montrent que l’électrification pourrait accélérer rapidement notre transition vers un bilan carbone neutre et conduire British Steel vers un avenir durable. 

L’entreprise a déclaré que des « discussions préliminaires » ont commencé avec les syndicats et « a promis de soutenir les employés touchés par les projets de décarbonisation ». Un spécialiste externe examinera les plans au nom des syndicats.

Le syndicat des ouvriers sidérurgistes Community a exprimé ses inquiétudes. Avec la proposition de Tata Steel de fermer les hauts-fourneaux de l’aciérie de Port Talbot, au pays de Galles du Sud, le syndicat affirme que le Royaume-Uni ne serait plus en mesure de produire des produits sidérurgiques primaires et serait dépendant des importations d’acier d’occasion provenant d’un « marché international turbulent et peu fiable ».

Le secrétaire général de Community, Roy Rickhuss, a déclaré : « Nous sommes profondément préoccupés par les plans de British Steel visant à adopter une approche exclusivement basée sur les EAF à Scunthorpe et Teesside, et il est essentiel qu’une consultation significative ait lieu pour évaluer toutes les options visant à assurer l’avenir de la sidérurgie. « 

« Si les plans annoncés par British Steel étaient réalisés, combinés aux plans de Tata Steel, le Royaume-Uni ne serait plus en mesure de produire de l’acier à partir de matières premières et serait dangereusement exposé aux marchés internationaux. Community est fermement convaincu que les hauts-fourneaux continuent d’être essentiels dans toute transition responsable vers la sidérurgie verte.

« Même les députés conservateurs eux-mêmes reconnaissent que l’approche exclusivement basée sur les EAF est dangereuse et téméraire, le groupe de recherche conservateur du Nord exhortant le Premier ministre à intervenir pour maintenir les hauts-fourneaux ouverts ce week-end seulement.

Le syndicat a déclaré qu’il était « profondément décevant » que les travailleurs de Scunthorpe aient été informés de ces plans par des « fuites irresponsables dans les médias ».

« Toutes les options de décarbonisation doivent rester sur la table, et Community fera tout ce qui est nécessaire pour protéger les intérêts de nos membres. Avec l’engagement de tous les acteurs concernés, nous pouvons réaliser une transition juste qui sauve notre planète, nos emplois et notre industrie sidérurgique.

« L’approche exclusivement basée sur les EAF est la mauvaise solution pour décarboniser l’industrie sidérurgique. Ils soulignent qu’elle nécessite l’importation d’acier vierge en complément de l’acier de récupération utilisé dans les fours, ce qui signifie que les émissions de carbone seraient exportées vers des pays fortement polluants et que l’industrie sidérurgique ne serait plus autosuffisante au Royaume-Uni.

« C’est dangereux tant pour l’économie nationale que pour la sécurité nationale. Des alternatives telles que le fer réduit directement, l’hydrogène, la capture du carbone et d’autres technologies sont disponibles. »

Les experts industriels de Syndex publieront bientôt un rapport sur les méthodes alternatives de décarbonisation de l’industrie sidérurgique à Port Talbot et examineront les plans de British Steel pour Scunthorpe et Teesside. Le rapport devrait inclure des recommandations sur une transition progressive vers la sidérurgie électrifiée.

Le département des affaires et du commerce a déclaré qu’il restait attaché au secteur sidérurgique britannique et travaillait en étroite collaboration avec l’industrie pour garantir un avenir durable et compétitif pour le secteur et ses travailleurs.

« Nous avons proposé un généreux plan de soutien comprenant plus de 300 millions de livres sterling d’investissements pour que British Steel réduise ses émissions, contribue à la sauvegarde des emplois et débloque plus d’un milliard de livres sterling d’investissements des parties prenantes.

« En fin de compte, British Steel est responsable de la gestion des décisions commerciales concernant l’avenir de l’entreprise, et nous ne pouvons pas commenter les négociations commerciales en cours au-delà de cela.”


Le sidérurgiste British Steel, propriété du chinois Jingye, va remplacer ses hauts fourneaux de Scunthorpe (dans l’est du Royaume-Uni) par des équivalents électriques moins polluants. Les syndicats craignent des centaines de suppressions d’emplois.

Le groupe prévoit d’installer « deux fours à arc électrique – le premier à son siège social à Scunthorpe, le second à son site de fabrication » dans la région du Teesside (nord-est), dans le cadre d’un plan d’investissement de 1,25 milliard de livres (1,44 milliard d’euros).

« Les nouveaux fours pourraient être opérationnels d’ici fin 2025 et remplaceraient les installations sidérurgiques vieillissantes de Scunthorpe, responsables de la grande majorité des émissions de CO2 de l’entreprise », avance British Steel, qui « propose de maintenir les opérations actuelles » dans l’intervalle.

Jusqu’à 2.000 suppressions de postes évoquées

British Steel « a entamé des négociations préliminaires avec les syndicats (…) et a promis de soutenir les salariés concernés », a affirmé le groupe, sans chiffrer le nombre de ces employés. La presse britannique donne depuis plusieurs semaines un chiffre allant jusqu’à 2.000 suppressions d’emplois.

Jingye « a déjà investi 330 millions de livres dans British Steel en seulement 3 ans et s’engage à réaliser l’investissement sans précédent qu’exigent nos propositions », a fait valoir Xijun Cao, PDG de British Steel. Ancien fleuron de l’industrie britannique, en difficultés financières depuis des années, British Steel est passé dans le giron de Jingye en 2020. Le second producteur d’acier britannique compte environ 4.500 employés au Royaume-Uni.

Le syndicat GMB se dit en conséquence « profondément préoccupé » par l’annonce, « nouveau coup dur pour l’acier britannique » avec « des pertes d’emplois potentielles (…) dévastatrices pour les habitants de Scunthorpe ». Les propositions sont toutefois « soumises à un soutien approprié du gouvernement britannique », pose comme condition British Steel, qui négocie avec Londres pour obtenir des centaines de millions de livres de subventions.

British Steel réclame des subventions

« Nous avons proposé un généreux programme de soutien comprenant plus de 300 millions de livres sterling d’investissement à British Steel », a indiqué lundi le gouvernement dans une déclaration à l’AFP, disant vouloir « garantir un avenir durable et compétitif au secteur et à ses travailleurs ».

Selon la presse britannique, British Steel cherche à obtenir de ses négociations avec l’Etat un soutien de l’ordre de 500 millions de livres, c’est-à-dire autant que son rival Tata Steel. Londres avait en effet annoncé en septembre qu’il investirait jusqu’à 500 millions de livres pour rendre l’usine de Tata Steel au Pays de Galles moins polluante et assurer sa pérennité, alors que de près de 3.000 licenciements sont attendus. (Avec AFP)


Nouveaux appels à l’abandon de la mine de charbon de Cumbria dans le contexte de la poussée verte de l’industrie sidérurgique

Les hauts fourneaux britanniques, gourmands en charbon, seront probablement remplacés, ce qui justifie économiquement la mine “morte dans l’eau”, selon un député local

L’annonce de la fermeture probable des hauts fourneaux d’acier du Royaume-Uni a incité le gouvernement à reconsidérer son approbation. une mine de charbon controversée de Cumbrie qui avait été prévu pour approvisionner l’industrie.

Lundi, British Steel a annoncé son intention de remplacer ses deux hauts fourneaux à Scunthorpealors que Tata Steel envisage fermant ses deux à Port Talbot, dans le cadre d’une refonte radicale de l’industrie sidérurgique britannique. Les deux sociétés s’appuieront plutôt sur des fours à arc électrique beaucoup plus propres, qui utilisent 87 fois moins de charbon.

L’exploitation minière prévoit de produire 2,8 millions de tonnes de charbon à coke par an à la mine Woodhouse à Whitehaven pour être utilisée par les « sidérurgistes du Royaume-Uni et de l’UE ». Cependant, la fermeture des hauts fourneaux entraînerait une réduction spectaculaire de la consommation de charbon par l’industrie britannique et signifierait probablement que la grande majorité du charbon de Cumbrie devrait être exportée.

Tim Farron, député de Westmorland et Lonsdale en Cumbria et ancien chef des libéraux-démocrates, a déclaré que l’annonce de British Steel “signifie que tout argument économique en faveur d’une nouvelle mine de charbon en Cumbria est désormais complètement mort”. Il a déclaré : « Nous devons voir le gouvernement prendre conscience du fait que l’industrie sidérurgique va maintenant de l’avant à toute vapeur pour décarboner l’acier et commencer à investir dans des emplois renouvelables à long terme pour l’avenir. »

Michael Gove, le ministre du gouvernement chargé de la planification, a approuvé la première nouvelle mine de charbon du Royaume-Uni depuis 30 ans en décembre derniermalgré les critiques d’anciens ministres conservateurs dont Alok Sharma et Seigneur Deben.

Les fours à arc électrique ne nécessitent que 9 kg de charbon à coke par tonne d’acier contre 780 kg pour une tonne d’acier de haut fourneau, selon le groupe de pression UK Steel.

Les hauts fourneaux britanniques ont produit 4,8 millions de tonnes d’acier en 2022, ce qui suggère qu’ils pourraient avoir utilisé 3,7 millions de tonnes de charbon à coke. D’après les chiffres d’UK Steel, produire la même quantité d’acier dans des fours à arc électrique ne nécessiterait que 43 000 tonnes de charbon, soit environ 1,7 % de la production de la mine de Cumbrian.

En décembre dernier, l’approbation de la mine de charbon faisait référence aux fours à arc électrique et à d’autres technologies à faible consommation de charbon, mais a déclaré qu’il n’y avait « aucune certitude que les fours à arc électrique apporteront une contribution significative à la production d’acier au Royaume-Uni ».

Tony Bosworth, militant pour le charbon chez les Amis de la Terre, a déclaré : « Michael Gove a justifié l’approbation de la mine en décembre dernier par le fait que l’industrie sidérurgique aurait besoin de charbon à coke pendant des décennies.« Mais il semble désormais que le marché britannique soit sur le point de disparaître. Cela fait suite à des signaux similaires de la part des sidérurgistes européens qui ont déjà annoncé qu’ils s’orientaient vers des méthodes de production plus écologiques.

«Tout cela se produit avant même le début des travaux de construction de la mine, et les emplois locaux promis semblent de plus en plus précaires à moyen terme.»

Cependant, la mine bénéficie toujours du soutien de certains députés conservateurs qui soutiennent que le Royaume-Uni bénéficierait de 500 emplois locaux et n’aurait pas à importer de charbon.

Mark Jenkinson, député conservateur de Workington dans l’ouest de la Cumbrie et ancien apprenti chez British Steel, a déclaré qu’il soutenait toujours à 100 % la nouvelle mine en raison du besoin continu de charbon à coke dans les fours à arc électrique et du désir d’éviter les émissions associées au transport. au Royaume-Uni.

«Ils utilisent beaucoup moins [coal], car ils ne l’utilisent pas pour ses propriétés thermiques », a-t-il déclaré. “Ce ne serait pas une bonne excuse pour l’expédier depuis l’autre bout du monde avec les émissions existantes.”

West Cumbria Mining n’a pas répondu à une demande de commentaires.

source : https://www.nouvelles-du-monde.com/nouveaux-appels-a-labandon-de-la-mine-de-charbon-de-cumbria-dans-le-contexte-de-la-poussee-verte-de-lindustrie-siderurgique-industrie-de-lenergie/


 

Copiez ce lien ou sur l’image de gauche pour accéder au rapport de UK Steel (en anglais)

UK Steel Net Zero Steel – A Vision for the Future of UK Steel Production – July 2022 (pdf, 4253KB)                                             

Loading

264 vues