Jardin public : êtes-vous chaisière ou banc(quière) ?

Travaillant sur la fonte et la ville, pour la prochaine exposition de Metallurgic Park, nous avons cherché des documents et des illustrations sur les bancs publics. Première constatation, dans les rues et les petites places, le banc domine. Dans les grands jardins publics (le Luxembourg par exemple à Paris), ce sont les chaisières qui font la loi et les assises sont majoritairement des chaises en fer qui sont louées ; les chaisières, comme à l’église, passent pour ramasser la monnaie. Ce système a duré longtemps  : dans le jardin du Luxembourg à Paris, l’affermage de la concession s’est terminé en 1974.

La chaise est jugée plus souple : on peut créer des petits cercles pour converser ou se mettre à l’écart. Le banc est plus « public » ; il impose nécessairement la présence d’un voisin en cas d’afflence, ce qui n’est pas forcément accepté par tous.

Petit métier

La chaisière d’église avait l’obligation d’entretenir la nef de l’église et le mobilier. Dans les jardins publics, elle procède également à l’entretien et au rangement.

 

198 vues